Plan de relance automobile : les principales annonces d’Emmanuel Macron

Publié le par

Le chef de l’État a présenté mardi 26 mai les mesures de soutien en faveur du secteur automobile.

Emmanuel Macron installé dans un prototype de véhicule autonome du groupe Renault. (image d'illustration © groupe Renault)
Emmanuel Macron installé dans un prototype de véhicule autonome du groupe Renault. (image d'illustration © groupe Renault)

Gravement touché par la crise sanitaire du Covid-19, l’ensemble du secteur automobile attend des engagements forts de la part de l’exécutif.

Pour y répondre, le président de la République, Emmanuel Macron, s’est rendu ce mardi 26 mai – en compagnie des ministres de la Transition écologique, Élisabeth Borne, et de l’Économie, Bruno Le Maire – dans une usine Valeo du Pas-de-Calais afin de présenter un inédit plan de relance.

>> À lire aussi : Plan de relance - Le CNPA réclame un retour en force de la prime à la conversion

« L’automobile mondiale traverse une crise profonde, avec un ralentissement observé depuis la fin de l’année 2019. D’autre part, l’automobile mondiale, donc française, a à traverser des évolutions profondes : la transition électrique et autonome. La crise sanitaire a porté un coup d’arrêt massif et brutal à la filière automobile, en France, en Europe et dans le monde », a constaté Emmanuel Macron en préambule de son intervention.

« Tout le sens du plan de soutien et de relance est de faire de la France le leader de la transition écologique avec la production d’un million de véhicules électrifiés par an et sous cinq ans (électriques, hybrides ou hybrides rechargeables) », a indiqué le président de la République, avant de décliner ses mesures phares.

Bonus écologique augmenté

Des mesures exceptionnelles en faveur des acheteurs de véhicules 100 % électriques et d’hybrides rechargeables ont été annoncées. Il s’agit plus précisément d’une augmentation du montant du bonus écologique actuel.

En ce qui concerne les VE, une prime à l’achat de 7 000 euros est désormais accordée aux particuliers. Son montant atteint 5 000 euros pour les professionnels. Les entreprises et collectivités peuvent également bénéficier d’une prime d’un montant de 2 000 euros en cas d’acquisition d’un véhicule hybride plug-in.

En parallèle, Emmanuel Macron a annoncé « une accélération du déploiement des bornes électriques. [L’idée est] d’atteindre 100 000 bornes en 2021 ».

Prime à la conversion exceptionnelle

Une prime à la conversion exceptionnelle concernant les véhicules essence et diesel de dernière génération, les hybrides et les électriques sera mise en place à compter du 1er juin. Selon Emmanuel Macron, « les trois quarts des Français y seront éligibles (si revenu fiscal < 18 000 euros) ».

Les acheteurs de véhicules neufs auront droit à une prime de 3 000 euros en cas d’acquisition d’un véhicule thermique et de 5 000 euros si le nouveau véhicule est 100 % électrique. Ce dispositif – « un effort de plus d’un milliard d’euros consenti par l’État pour soutenir la demande » – qui sera lancé au 1er juin ne concernera que les 200 000 premiers achats.

Un fonds d’investissement de 600 millions d’euros

Le chef de l’État a également indiqué que 200 millions d’euros de subventions seraient prochainement accordés aux équipementiers et aux entreprises sous-traitantes.

Emmanuel Macron a, en outre, annoncé la création d’un fonds d’investissement de 600 millions d’euros « pour intervenir en fonds propres sur l’ensemble des entreprises de la filière ». En détail, 100 millions d’euros seront apportés par chacun des deux grands constructeurs français – le groupe Renault et PSA –, tandis que les 400 millions restants seront avancés par l’État. L’objectif de ce fonds d’investissement est triple : modernisation, consolidation et innovation du secteur.

Produire en France les véhicules de demain

En outre « dès 2020, 150 millions d’euros seront mobilisés pour contribuer à la relance de la filière automobile française ».

Au total, l’État va apporter plus de 8 milliards d’euros d’aides au secteur. En contrepartie, les constructeurs ont pris un certain nombre d’engagements, comme consolider et maintenir la production sur les sites français ou encore rapatrier la production des véhicules à forte valeur ajoutée sur le territoire national.

Mots clefs associés à cet article : CNPA, Marché France, Véhicule neuf (VN), Bruno Le Maire, Élisabeth Borne, Coronavirus Covid-19, Emmanuel Macron

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER