Peugeot : « Nous avons bon espoir de maintenir notre leadership en flottes », affirme Guillaume Couzy

Publié le par

En parallèle des essais des nouvelles Peugeot 208 et e208, qui se déroulent actuellement au Portugal, le directeur général de Peugeot France a accepté de répondre aux questions de L’Automobile & L’Entreprise. Outre le lancement de ce nouveau véhicule, Guillaume Couzy évoque l’avenir de Peugeot et les flottes.

Peugeot : « Nous avons bon espoir de maintenir notre leadership en flottes », affirme Guillaume Couzy

L’Automobile & L’Entreprise : Qu’apporte la nouvelle Peugeot 208 dans un segment où la concurrence est rude et actuellement bousculé par les nouveautés tant thermiques (Renault Clio V, Opel Corsa 6) qu’électriques (Renault Zoe II, Opel Corsa-e, Honda E…) ?

Guillaume Couzy : La nouvelle 208 s’inscrit dans la lignée de la « série 2 » de Peugeot (205, 206, 207 et 208, ndlr) avec plus de 22 millions de véhicules produits depuis 1983. Mais, pour cette nouvelle génération, nous avons fait un choix stratégique différent de celui des autres constructeurs. Nous ne proposons pas de silhouette spécifique selon que le véhicule est thermique ou électrique. Toutes les 208 sont identiques tant en proportions qu’en habitabilité ou en volume de coffre. Un pari rendu possible par notre plate-forme multi-énergies.

A&E : Le passage à l’électrique, est-ce une nouvelle ère qui s’ouvre chez Peugeot ?

GC : L’électrique est encore quelque chose de très nouveau chez Peugeot (même si la marque commercialise la iON depuis 2010 et a lancé l’e-Partner en 2012 suivi du Partner Tepee Electric en 2016, ndlr). Son déploiement, progressif, s’inscrit dans notre stratégie de véhicules multi-énergies afin d’offrir de la flexibilité à nos clients.

A&E : Les lancements de véhicules électrifiés vont donc se poursuivre…

GC : En ce mois d’octobre, nous lançons les 208 et e208. Entre fin décembre et début janvier ce sera le démarrage des 508, 508 SW et 3008 hybrides rechargeables, mais il n’y aura pas de 5008 PhEV. Début 2020 nous lancerons simultanément les 2008 et e-2008. Enfin, l’offre électrifiée de la 308 est attendue pour 2021 à l’occasion du renouvellement du modèle. Concrètement, à l’horizon 2020, 50 % de notre gramme sera électrifiée et 100 % à l’horizon 2024.

A&E : Est-ce que votre réseau va suivre ?

GC : La vraie révolution va être de faire entrer notre réseau dans la transition énergétique. Nous volons donner l’opportunité aux points de vente d’en faire une force. Bien sûr, nous rentrons dans un nouveau monde avec des questions d’autonomie, de recharge, de maintenance, de services associés… mais l’ensemble du réseau Peugeot est capable de distribuer et d’entretenir des véhicules électriques ou électrifiés. D’ailleurs, près de 2 000 bornes de recharge sont en cours d’installation chez nos distributeurs, et même les agents Peugeot présents dans de petites communes seront équipés.

A&E : Avec une telle stratégie, vous ne semblez pas craindre le passage au WLTP, ni le durcissement de la fiscalité automobile inscrit dans le projet de loi de finances 2020…

GC : Le passage au cycle WLTP et le durcissement annoncé du malus n’entraîneront pas, chez Peugeot, la disparition de certaines versions ou motorisations du catalogue. En revanche, certaines combinaisons ne seront plus disponibles en stock mais produites à la demande.

A&E : Craignez-vous, tout de même, une incidence sur les ventes en flottes ?

GC : À fin septembre 2019, nous sommes en meilleure posture qu’à la même période l’an dernier. (Selon nos données, Peugeot a enregistré 128 122 immatriculations flottes de janvier à août 2019 contre118 656 en 2018, ndlr). Nous avons bon espoir de maintenir notre leadership sur les véhicules particuliers. Globalement, on a des performances qui ont beaucoup évolué ces trois dernières années. Nous avons progressé de 5 points de parts de marché grâce à la très belle contribution du duo 3008/5008.

A&E : La gamme de véhicules électrifiés va-t-elle plutôt vous permettre de conquérir de nouveaux clients ou bien de fidéliser et accompagner la transition énergétique des inconditionnels de Peugeot ?

GC : Avec nos modèles PhEV nous sommes capables de présenter aux professionnels des offres dont les TCO sont identiques à ceux des modèles thermiques. Mieux, ces modèles bénéficient d’avantages fiscaux, notamment l’absence de TVS. Nous avons donc clairement dans l’idée de faire basculer certains clients vers l’hybride plug-in. Les premiers gros clients se sont d’ailleurs laissé séduire.

A&E : Concrètement, quelles sont alors vos ambitions en flottes pour les nouvelles 208/e208 ?

GC : Nous avons bien sûr des ambitions très importantes ! Si la Renault Clio est leader du marché des citadines, c’est notamment à cause d’une présence supérieure du modèle en B2B. Une situation liée à des conditions commerciales très agressives. Chez Peugeot, nous volons aller chercher ce leaderhsip tout en faisant la différence sur les valeurs résiduelles et notre capacité à proposer des loyers bien calibrés. En revanche, la réduction de moitié annoncée sur le bonus dont bénéficient les véhicules électriques peut fait planer une ombre sur les performances de l’e208 en B2B.

Guillaume Couzy, directeur général Peugeot France

Mots clefs associés à cet article : Peugeot, Citadine, Marché Flottes, Marché France

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter