Peugeot Motocycles sur la voie du premium

Publié le par

Peugeot Motocycles, propriété de l’indien Mahindra, vise le même positionnement premium que Peugeot Automobiles. Une montée en gamme symbolisée par les nouvelles versions GT et SW du Métropolis. Des finitions attendues par un réseau qui devrait lui aussi évoluer pour répondre aux nouveaux besoins de mobilité des clients.

© Peugeot Motocycles
© Peugeot Motocycles

Peugeot Motocycles ressemble de plus en plus à Peugeot Automobiles. Un rapprochement en matière d’image et de positionnement qui intervient alors que PSA s’est retiré totalement du capital de Peugeot Motocycles en 2019, après avoir cédé les 49 % qui lui restaient à l’indien Mahindra, déjà détenteur de 51 % depuis 2015. Ainsi, Mahindra reste seul maître à bord, tout en adoptant une stratégie similaire à celle de Peugeot Automobiles, dans le cadre de l’exploitation d’une licence de marque. La firme spécialisée dans les deux et trois-roues vise un positionnement premium, en adoptant l’identité de marque de Peugeot. Une similitude qui va jusqu’au design de ses véhicules, à l’image du trois-roues Métropolis et de ses deux nouvelles finitions GT et SW.

Finitions haut de gamme

Ces deux nouvelles versions devraient représenter 60 à 70 % des ventes totales du modèle. D’un côté, le Métropolis GT aux allures de 508 PSE offre une allure statutaire et sportive, tandis que le SW et son double coffre permet de ranger deux casques intégraux en plus du compartiment sous la selle. Ce scooter de 400 cm3 accessible aux détenteurs du permis B et d’une formation 125 cm3 représente le sommet de la gamme du constructeur, qui devrait cependant sortir plusieurs nouveautés dans les mois à venir. Cette version GT, « très attendue par le réseau », selon Matthieu Brinon, directeur des ventes, du marketing et de la communication de Peugeot Motocycles, est proposée à 9 999 euros, tandis que la version SW représente le sommet de la gamme, au tarif de 10 299 euros. Des tarifs élevés, qui s’adressent à des clients automobilistes qui souhaitent éviter embouteillages et transports en commun, tout en bénéficiant de confort, de sécurité et d’une technologie embarquée similaire à celle de leur voiture.

Depuis 2006 et l’arrivée du premier trois-roues commercialisé par Piaggio, ce type de véhicule a trouvé son public en Espagne, en Allemagne, en Italie mais surtout dans l’Hexagone. En effet, la France est le premier marché pour les trois-roues motorisés, puisqu’il concentre la moitié des ventes réalisées en Europe, sur un Vieux Continent qui représente à lui seul 90 % des ventes mondiales. Les Métropolis GT et SW devraient donc constituer le fer de lance de la marque et de ses 340 distributeurs français. La marque réfléchit aussi à son développement électrique pour séduire notamment les professionnels : « Le deux-roues électrique s’adresse aussi aux clients professionnels. C’est un challenge pour nous. Un modèle thermique comme le Métropolis SW répond aux besoins de certaines flottes. Nous voulons accompagner notre réseau vers cette clientèle », souligne Matthieu Brinon.

Mots clefs associés à cet article : Peugeot Motocycles

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter