Particules fines : 2 millions de morts par an !

Publié le par

Chaque année, plus de 2 millions de personnes décéderaient d’une exposition aux particules fines présentes dans l’air intérieur et extérieur, estime l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans une étude publiée le 26 septembre dernier. « Les particules PM10, soit les plus fines, d’une taille égale ou inférieure à 10 micromètres, peuvent pénétrer dans les poumons, entrer dans la circulation sanguine et provoquer des cardiopathies, des cancers du poumon, des cas d’asthme et des infections des voies respiratoires inférieures » précise l’organisme.

Après avoir compilé les données sur la pollution de quelque 1 100 villes de plus de 100 000 habitants dans 91 pays, l’OMS indique que seules 9 villes respecteraient le seuil de 20 microgrammes par mètre cube qu’elle a fixé pour la concentration moyenne annuelle des PM10. Dans certaines villes, cette concentration atteint jusqu’à 300 microgrammes. Principaux responsables de cette pollution : les moyens de transport motorisés, les industries, l’utilisation de biomasse et de charbon pour la cuisine et le chauffage, ainsi que les centrales électriques au charbon.
Et la France n’échappe pas à la règle puisque 16 zones seraient particulièrement touchées par une pollution aux PM10 : Marseille, Toulon, Avignon, Paris, Valenciennes, Dunkerque, Lille, le territoire du Nord-Pas-de-Calais, Grenoble, Montbéliard/Belfort, Lyon, le reste de la région Rhône-Alpes, la zone côtière urbanisée des Alpes-Maritimes, Bordeaux, la Réunion et Strasbourg. Bilan : 40 000 morts chaque année, selon les estimations. À ce propos, le 19 mai dernier, la Commission européenne a d’ailleurs saisi la Cour de justice de l’UE pour non-respect des valeurs limites applicables aux PM10.
Source : Actu-Environnement.

Mots clefs associés à cet article : Particules

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter