Paris : des mesures pour encadrer le développement des services en free-floating

Publié le par

En attendant une législation nationale, la Mairie de Paris entend réagir au développement anarchique des nouveaux services en free-floating à travers 7 mesures.

L'arrivée des services en free-floating a compliqué la circulation des piétons. (Crédit : Delphine Ringuenoire)
L'arrivée des services en free-floating a compliqué la circulation des piétons. (Crédit : Delphine Ringuenoire)

Mobike, Lime, Bird, etc. Si vous n’êtes pas francilien, ces noms de services de location de vélos ou trottinettes en free-floating (ou en français, en trace libre : le véhicule peut être déposé n’importe où dans une zone définie sans nécessiter de station) ne vous disent probablement rien. Ils sont pourtant devenus familiers des millions de personnes qui transitent chaque jour par la capitale et qui ont pu les découvrir de manière plus ou moins agréable.

Car si ces services apportent une solution de mobilité douce pertinente et ludique face à des transports en commun saturés et des axes routiers embouteillés, leur mauvaise utilisation a engrangé un nombre important de nuisances : trottinettes ou vélos stationnés en plein milieu du trottoir, utilisateurs qui ne respectent pas la législation en roulant à toute allure sur le trottoir, carcasses dépouillées et abandonnées... Face à ce développement rapide et anarchique, la Mairie de Paris n’avait d’autre choix que d’anticiper les futures réglementations nationales promises par le Gouvernement.

Le jeu des 7 mesures

C’est dans ce contexte que la ville a annoncé aujourd’hui 7 mesures pour encadrer ces formes de mobilité innovantes. La première prendra la forme d’une campagne de communication pour rappeler les règles basiques du code de la route, du civisme et les bonnes pratiques comme le port d’un casque. Jusque il y a peu tolérées sur les trottoirs, les trottinettes seront à présent verbalisées. La verbalisation touchera également les trottinettes mal stationnées (le stationnement sur le trottoir reste toléré s’il ne gêne pas la circulation des piétons).

Pour accompagner le développement de ces services, la ville prévoit par ailleurs la création de places réservées aux mobilités en free-floating en concertation avec ces nouveaux acteurs. Ces derniers devront montrer pattes blanches en ratifiant une charte élaborée par la ville et qui prévoit notamment le partage de leurs données. Dernière mesure, la question d’une redevance de l’espace public va faire l’objet de débats pour pallier les nouveaux coûts engendrés par les services de free-floating (création d’aires de stationnement, enlèvement de véhicules, etc.).

Mots clefs associés à cet article : Nouvelles mobilités

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2018

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2018, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2018
COMMANDER