PSA, Renault et Bpifrance soutiennent la filière automobile avec le Fonds Avenir Automobile 2

Publié le par

Afin de soutenir la croissance et l’innovation des PME et ETI françaises dans un contexte de crise économique et sanitaire complexe, les groupes PSA et Renault se sont accordés avec Bpifrance pour créer un fonds d’investissement, destiné à accompagner les sous-traitants automobiles français.

Afin de répondre à ses objectifs sur le long terme, le Fonds Avenir Automobile 2 aura une durée totale de 15 ans et sa période d’investissement sera de 5 ans. © DR
Afin de répondre à ses objectifs sur le long terme, le Fonds Avenir Automobile 2 aura une durée totale de 15 ans et sa période d’investissement sera de 5 ans. © DR

Le Fonds Avenir Automobile, volume 2. En 2009, le FAA avait déjà été lancé pour épauler l’expansion d’une industrie employant plus de 70 000 salariés en France. S’inscrivant donc dans la continuité de ce premier Fonds Avenir Automobile, le FAA 2 sera géré par Bpifrance et soutenu financièrement dans sa démarche par l’Etat. La constitution juridique de ce fonds, auquel participent également les constructeurs tricolores Renault et PSA, « est en cours de finalisation et il sera pleinement opérationnel avant la fin de l’année », promet le trio porteur du projet.

Plus de 500 millions d’euros à répartir

Dans les faits, Bpifrance investira au capital de sous-traitants automobiles français, ainsi que des équipementiers étrangers ayant une activité significative sur le territoire national, afin d’accélérer leur croissance, leur capacité d’innovation et leur diversification, composantes essentielles de leur pérennité. Il répondra ainsi aux grands enjeux, technologiques notamment, du secteur automobile au niveau mondial et accompagnera ses mutations indispensables en matière de transformation écologique.

Afin de remplir ces objectifs sur le long terme, le Fonds Avenir Automobile 2 aura une durée totale de 15 ans et sa période d’investissement sera de 5 ans. D’un montant de 525 millions d’euros, injectés progressivement, cette somme se divisera en deux façons d’approvisionnement. Soit 80% du fonds (jusqu’à 420 millions d’euros) seront directement investis dans les structures, à raison d’une quinzaine de groupes. Soit 20% du fonds (équivalent à 105 millions d’euros) seront placés en « fonds de fonds » dans des fonds d’investissements privés dont l’action sera complémentaire à celle du FAA 2.

Pas de prise de contrôle des sociétés en vue mais…

Comme l’assure le communiqué de presse l’annonçant, « l’enveloppe principale sera dédiée aux entreprises économiquement robustes et/ou porteuses de nouvelles technologies du secteur automobile ». Le FAA 2 pourra également venir en aide à des entreprises dont les performances financières étaient bonnes mais qui se sont retrouvées fortement endettées avec la crise du Covid-19. À noter que le FAA 2 investira en fonds propres ou en quasi-fonds propres des montants de 3 à 50 millions d’euros tout en restant exclusivement minoritaire.

Si « le fonds n’a pas vocation à prendre le contrôle des sociétés concernées », il jouera cependant un rôle actif dans l’accompagnement stratégique et la gouvernance des entreprises. Quant aux opérations complexes, qui exigent une implication encore plus forte auprès du management, elles relèveront du fonds d’investissement tiers dont la gestion incombe aux équipes fonds de fonds de Bpifrance.

Mots clefs associés à cet article : Banque, Entreprises, Marché France, Économie, PSA, Groupe Renault, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter