PSA/FCA : fusion approuvée et finalisée dans quinze mois

Publié le par

PSA et Fiat Chrysler Automobiles (FCA) ont annoncé ce mercredi, par le biais d’un communiqué commun, entériner officiellement leur alliance. Celle-ci devrait définitivement aboutir d’ici douze à quinze mois.

Mike Manley, CEO de FCA, et Carlos Tavares, président du directoire du groupe PSA. © Groupe PSA Direction de la communication
Mike Manley, CEO de FCA, et Carlos Tavares, président du directoire du groupe PSA. © Groupe PSA Direction de la communication

L’accord est officiellement signé et la machine lancée à l’issue de la réunion du conseil de surveillance de PSA et de Fiat Chrysler, mardi après-midi. Voilà ce qu’il faut en substance retenir du communiqué publié conjointement par les deux groupes, ce mercredi 18 décembre.

Une synergie réinvestie dans la technologie

Engagé en octobre dernier, ce rapprochement influent vise à donner naissance au quatrième plus grand constructeur automobile mondial. Selon les estimations et ambitions affichées par le tandem, les ventes annuelles devraient s’élever à 8,7 millions de véhicules, consolidant ainsi le chiffre d’affaires de près de 170 milliards d’euros.

« La fusion générera des synergies en année pleine estimées à environ 3,7 milliards d’euros », prévoit également le communiqué des deux associés. Et ce afin « d’investir massivement dans les technologies et les services qui vont façonner la mobilité du futur, tout en répondant au défi des réglementations sur les émissions de CO2 », est-il ajouté.

Des actionnaires chouchoutés

Cette fusion à 50/50, promettant de n’induire aucune fermeture d’usine, est prévue pour intervenir sous douze à quinze mois. Avant la concrétisation de l’opération, dépendante du vote des créanciers de FCA et PSA, les deux marques emblématiques ont l’intention de se montrer généreuses envers leurs actionnaires.

Ainsi, FCA versera un dividende exceptionnel de 5,5 milliards d’euros, tandis que PSA leur cédera sa participation de 46 % au capital de l’équipementier Faurecia. Le partenaire du groupe automobile français, Dongfeng Motor Group (DFG), sera quant à lui soumis à une clause d’incessibilité jusqu’à la réalisation de la transaction.

Notons qu’il est toutefois proposé qu’aucun actionnaire de cette nouvelle entité ne puisse « exercer plus de 30 % des droits de votes exprimés en assemblée générale ». De même, « il n’y aura pas de report des droits de vote doubles existants, mais de nouveaux droits de vote doubles seront acquis après une période de détention de trois ans après la réalisation de la fusion », concède le communiqué.

Parallèlement à l’annonce de leur mariage en grande pompe, FCA et PSA organiseront une conférence très médiatique ce mercredi 18 décembre, à 15 h 00. Seront présents Mike Manley, CEO de FCA, ainsi que Carlos Tavares, président du directoire du groupe PSA. Ce dernier s’est d’ailleurs dit assuré du succès de cette future fusion, déclarant : « J’ai pleinement confiance dans l’immense talent et l’esprit collaboratif des équipes qui vont réussir à délivrer la meilleure performance avec vigueur et enthousiasme. »

Mots clefs associés à cet article : Marché d’État, PSA, FCA - Fiat Chrysler Automobiles

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2019

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2019, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2019
    COMMANDER