Oui.sncf lance un comparateur entre modes de transports

Publié le par

Initiative en trompe-l’œil du côté de Oui.sncf qui lance un comparateur de mobilités entre cinq moyens de transports. Sous couvert de RSE, c’est en fait un moyen de promouvoir le…train.

DR / OUI.sncf
DR / OUI.sncf

L’idée est dans l’air du temps : donner aux voyageurs une plus grande conscience de leur impact environnemental. Pour ce faire, Oui.sncf a développé un comparateur de moyens de transports, permettant d’évaluer l’impact environnemental d’un trajet en train, en autocar, en avion, en covoiturage, et en voiture.

Le comparateur base son analyse des trajets selon trois grands critères : l’émission de CO2, le temps de trajet, et le « temps utile » du trajet, à savoir celui qui peut permettre de travailler, de lire ou de regarder un film, par exemple. Un dernier critère pertinent à plus d’un titre et qui renvoie à certains enjeux soulevés par l’autonomisation de la conduite dans la filière automobile.

Dans un premier temps, le comparateur est disponible pour une soixantaine de trajets différents, principalement les grandes lignes (trajets européens, déplacements en régions…). Cet échantillon, appelé à s’étoffer, représente un tiers des voyages vendus sur Oui.sncf en 2019, soit plus de 36 millions de billets.

Au final, il apparaît que le train l’emporte très souvent face aux autres moyens de transports. En effet, il est moins dépendant que les autres aux énergies fossiles et permet naturellement de dégager beaucoup de « temps utile ». C’est donc un peu la limite de l’exercice, qui aurait gagné à intégrer plus de critères (temps de trajet porte-à-porte, chaîne écologique globale, tarifs, etc.) pour prétendre relever de la RSE plus que du marketing.

Mots clefs associés à cet article : Développement durable, Covoiturage, Train, Avion, Environnement

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter