Nouveau repli du marché automobile européen en février 2020

Publié le par

En février 2020, le marché automobile européen s’est contracté de 7,4 %, pour 957 052 immatriculations, ce qui fait suite à un mois de janvier à – 7,5 %, en attendant le crash de mars sous l’effet de la crise du coronavirus.

Toyota connaît une forte croissance au cumul des deux premiers mois de 2020 et voit sa part de marché bondir de 4,9 % à 6 %. (© Toyota)
Toyota connaît une forte croissance au cumul des deux premiers mois de 2020 et voit sa part de marché bondir de 4,9 % à 6 %. (© Toyota)

En février 2020, le marché automobile européen, dans sa nouvelle configuration (Europe des 27 sans le Royaume-Uni, les évolutions exprimées en pourcentage étant pondérées), affiche donc un recul de 7,4 %, à 957 052 unités. « Ce repli est le résultat de la combinaison de plusieurs facteurs, dont les changements de fiscalité dans plusieurs états membres, ce qui avait artificiellement, par anticipation, gonflé les résultats de décembre 2019, le fléchissement macro-économique et les incertitudes des consommateurs », souligne un porte-parole de l’ACEA.
L’Allemagne enregistre le recul le plus marqué (- 10,8 %), suivi par l’Italie (- 8,8 %), l’Espagne (- 6 %) et la France (- 2,7 %). Au cumul des deux premiers mois de 2020, l’Allemagne affiche un repli de 9 %, la France de 7,8 %, l’Italie de 7,3 %, et l’Espagne de 6,8 %.

Mauvaise passe pour les ténors du marché européen

La marque Volkswagen a dévissé en février 2020 (- 10,9 %) et sa part de marché régresse au cumul des deux premiers mois de l’année (11,7 % au lieu de 11,9 % sur la même période de référence de 2019). A l’échelle du groupe, ce repli est compensé par la progression générale de Skoda, Seat, Audi et Porsche. PSA a aussi vu sa part de marché chuter, de 17,8 % à 17,1 %, ce qui s’explique principalement par la glissade d’Opel qui a perdu 28 862 immatriculations par rapport à janvier-février 2019. Le groupe Renault est aussi en difficulté en volume comme en part de marché (10 % contre 11 % en 2019), la marque Dacia payant cher les nouvelles réglementations sur le CO2 (- 28,8 % de ventes sur deux mois).

Hyundai-Kia et Toyota tirent leur épingle du jeu

FCA parvient à faire légèrement mieux que le marché et à s’arc-bouter sur sa part de marché, grâce à la marque Fiat. Par ailleurs, il faut relever la progression du groupe Hyundai-Kia qui se rapproche de FCA en volume, soit dit en passant. Toyota mange aussi son pain blanc avec une croissance très marquée (+ 12,1 % en volume et une part de marché qui passe de 4,9 % à 6 %). Sur le front du premium, comme Audi, BMW et Mercedes-Benz progressent, ce qui n’est pas le cas de Jaguar Land Rover. Enfin, parmi les reculs les plus prononcés, citons Mazda et Honda, d’ores et déjà promis à un exercice délicat en Europe.

Toutes les données de l’ACEA en un clic

PDF - 309.7 ko

Mots clefs associés à cet article : Renault, Volkswagen, Marché Europe, Véhicule neuf (VN), Économie, PSA, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter