Navya obtient un prêt garanti par l’État

Publié le par

Tout en lançant la première expérimentation de service de mobilité autonome en milieu rural, dans la Drôme, le constructeur de navettes autonomes Navya annonce avoir obtenu un PGE (prêt garanti par l’État) de 4,5 millions d’euros.

Navya développe des systèmes de conduite autonome et réunit désormais 280 collaborateurs entre la France (Lyon et Paris) et les États-Unis. (© Navya)
Navya développe des systèmes de conduite autonome et réunit désormais 280 collaborateurs entre la France (Lyon et Paris) et les États-Unis. (© Navya)

Par voie de communiqué, Navya a annoncé « la signature d’un contrat de crédit d’un montant de 4,5 millions d’euros, garanti par l’État français, auprès d’un syndicat bancaire. Réalisé sous la forme d’un prêt garanti par l’État (PGE) dans le contexte de pandémie liée au Covid-19, cet emprunt contribue à renforcer la trésorerie de la société. Avec l’obtention de ce PGE, la trésorerie disponible s’élève à 27,4 millions d’euros au 31 août 2020. Ce prêt est garanti à hauteur de 90 % par l’État français, avec une maturité initiale de 12 mois et une option d’extension pouvant aller jusqu’à 5 ans, exerçable par Navya jusqu’à septembre 2025 ». Une bouffée d’oxygène pour un groupe qui peine à trouver l’équilibre financier dans un contexte difficile, hors fait exceptionnel du Covid : marché embryonnaire, nécessité d’investissements lourds, concurrence féroce.

La conduite autonome à l’épreuve du milieu rural

Simultanément, le lundi 7 septembre 2020, Navya a lancé le premier service de mobilité autonome en territoire rural : une navette autonome, baptisée Beti, circulera entre la gare SNCF de Crest et l’écosite du Val-de-Drôme, à Eurre, dans la Drôme, sur un itinéraire de 5 kilomètres. Outre les deux terminus, elle desservira sept arrêts et pourra embarquer jusqu’à dix passagers assis. « Cette expérimentation constituera une première en France : c’est en effet la première fois qu’un tel service de mobilité autonome est testé en territoire rural sur une route ouverte à la circulation automobile », précise un porte-parole du groupe.

PNG - 421 ko
La navette autonome Beti de Navya.

Un partenariat public-privé d’envergure

Le projet, porté par la région Auvergne-Rhône-Alpes, autorité organisatrice des transports, est soutenu par le département de la Drôme, la communauté de communes du Val-de-Drôme en Biovallée et la ville de Crest, en partenariat avec des entreprises implantées régionalement : Eurovia (Vinci) via ses activités d’équipements de la route, la société de transport drômoise Bertolami, qui joue le rôle clé d’opérateur de la navette, et le fournisseur de système de conduite autonome rhodanien Navya, qui la fournit. « Autorité organisatrice des transports pour l’Auvergne-Rhône-Alpes, la région se doit de donner aux habitants de tous ses territoires des transports en commun performants. L’expérimentation de cette navette autonome entre Crest et Eurre, que nous avons voulue avec Paul Vidal, est le signe qu’il ne doit pas y avoir de différence entre territoires ruraux et territoires urbains » souligne Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Rappelons que Navya développe des systèmes de conduite autonome et réunit désormais 280 collaborateurs entre la France (Lyon et Paris) et les États-Unis (Michigan). La navette Autonom Shuttle, principal axe de développement du groupe, a été lancée en septembre 2015. Près de 160 exemplaires ont été commercialisés à fin 2019, notamment aux États-Unis, en France, en Allemagne, en Suisse, au Japon et en Australie.

Mots clefs associés à cet article : Véhicules autonomes, Économie, Navya, Nouvelles mobilités

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter