Mobilité : près de la moitié des Français prêts à rouler en électrique… à une condition

Publié le par

Selon le Baromètre EVBox de la Mobilité, 4 Français sur 10 envisageraient de troquer leur véhicule thermique pour une voiture électrique. Cependant, pour passer à l’acte, ceux-ci réclament un plus grand nombre de chargeurs ultra-rapides sur leur route.

La peur de se retrouver en panne sur le bord de la route apparaît donc comme un frein majeur à l’adoption des VE en France. (© Union européenne)
La peur de se retrouver en panne sur le bord de la route apparaît donc comme un frein majeur à l’adoption des VE en France. (© Union européenne)

Après avoir publié la première édition de son Baromètre de la Mobilité début octobre, le fournisseur et fabricant de solutions de recharge intelligentes EVBox dévoile son second volet, consacré à la recharge rapide. Dans cette étude, réalisée par Ipsos auprès de 3 600 citoyens, dont 600 conducteurs de VE (hybrides, hybrides rechargeables et électriques) dans six pays européens (Belgique, France, Allemagne, Pays-Bas, Norvège et Royaume-Uni), on constate que la part de conducteurs français enclins à opter pour un véhicule électrique dans les prochaines années passe d’un tiers à presque la moitié. En effet, 4 Français sur 10 seraient prêts à rouler « branché »… si toutefois le développement du nombre de chargeurs rapides s’accélérait, en particulier le long des autoroutes et dans les parkings publics.

Un maillage déficitaire source d’inquiétudes

Selon les chiffres publiés par l’Avere-France en octobre dernier, les Pays-Bas seraient le pays bénéficiant du réseau de recharge le plus développé en Europe avec 58 302 points de charge ouverts au public. En comparaison, l’Allemagne en compterait 41 461 et la France, à peine 30 000 (29 854 précisément). Pas étonnant donc que chez nos voisins néerlandais et germains 52 % et 60 % des conducteurs de VE se disent confiants dans l’idée de trouver une borne, alors qu’en France ce pourcentage tombe à 42 %. La peur de se retrouver en panne sur le bord de la route apparaît donc comme un frein majeur à l’adoption des véhicules électriques sur notre territoire. À voir si l’objectif affiché du Gouvernement français d’ouvrir 100 000 points de charge au public d’ici à fin 2021 sera atteint et permettra ainsi de résorber les craintes et incertitudes des potentiels acheteurs de VE…

Les conducteurs de VE disposés à payer plus cher pour se recharger rapidement

Figurant parmi les sondés les mieux renseignés d’Europe sur les différents types de recharge – 68 % des conducteurs de VE sont en effet familiers de la recharge rapide, résultat au-dessus de la moyenne européenne de 64 % –, les Français n’émettraient pourtant pas d’objections à mettre le prix pour recharger vite et bien leur véhicule. Ainsi, 46 % des conducteurs de VE français se déclarent prêts à payer plus pour la recharge rapide.

Une recharge qui s’opère principalement le long des autoroutes, dans les aires de repos et les stations-service (55 %), dans les commerces (48 %) ou dans les parkings publics des villes (47 %) et qui s’avère pour le moment occasionnelle. Pour cause : 43 % des conducteurs européens de VE utilisent un chargeur rapide entre trois et dix fois par mois. Le Baromètre EVBox révèle également que 73 % des conducteurs de VE européens rechargent actuellement leur véhicule électrique à domicile et 40 % sur leur lieu de travail. Des sites encore trop restreints pour les conducteurs de VE, qui souhaiteraient trouver des points de charge rapides en priorité dans les villes (41 %), les supermarchés (35 %) et les stations-service (35 %).

Par ce baromètre de la Mobilité, EVBox confirme donc un vrai besoin d’infrastructures de recharge rapide le long des routes à mettre en place sans tarder. Pour soutenir cette cause, le nouveau programme Advenir est entré en vigueur le 2 novembre 2020. Celui-ci offre de donner un coup de fouet à l’installation de bornes en France avec des subventions allant jusqu’à 9 000 euros pour un chargeur rapide 50 kW ouvert au public. Une somme à laquelle s’ajoute l’enveloppe de 100 millions d’euros prévue par le Gouvernement français pour le déploiement de la recharge ultra-rapide le long des aires d’autoroute et des routes nationales. De quoi annoncer une évolution de l’attrait du VE, qui ne cesse de gagner des parts de marché d’année en année. Cependant, le chemin s’avère très ambitieux et la route longue… surtout si l’on tombe en rade de batterie au milieu !

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Borne de recharge, Études, Marché France, Marché Europe, Véhicule hybride rechargeable, Environnement

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER