Mobilité durable : « L’hydrogène ce n’est pas le futur mais le présent », rappellent Bertrand Piccard et Hyundai

Publié le par

Face aux véhicules thermiques, fonctionnant à l’essence, au gazole ou avec des carburants dits alternatifs, la voiture électrique peine parfois à convaincre les automobilistes. En cause ? Son autonomie encore trop limitée. Pour séduire davantage de conducteurs, l’hydrogène pourrait être la solution. Utilisée dans une pile à combustible, cette matière permet d’accroître grandement le champ d’action des véhicules zéro émission.

Le SUV Hyundai Nexo fonctionne grâce à une pile à combustible alimentée en hydrogène.
Le SUV Hyundai Nexo fonctionne grâce à une pile à combustible alimentée en hydrogène.

« L’hydrogène c’est n’est pas l’énergie du futur car c’est déjà le présent. Et d’ailleurs, ce n’est pas de l’énergie mais un vecteur, une solution de stockage » rappelle agacé le médecin et explorateur suisse Bertrand Piccard lorsqu’on aborde avec lui le thème de la mobilité à hydrogène et son avenir.

L’homme, qui a bouclé un tour du monde à bord de l’avion solaire Solar Impulse, n’a pas tort. Des véhicules à hydrogène circulent déjà dans le monde, y compris sur les routes françaises. Et le constructeur coréen Hyundai n’est pas étranger à cela.

Paris accueille la première flotte de taxis à hydrogène

Depuis 2013, son SUV ix35 Fuel-Cell sillonne les chaussées de l’Hexagone. Pas vraiment commercialisé auprès des particuliers, ce véhicule a su séduire des entreprises qui l’ont adopté au sein de flottes. Outre Air Liquide (partenaire de Hyundai), c’est la Société du taxi électrique parisien qui s’est laissé séduire.

« Nous avons déployé en 2015 à Paris la première flotte de taxis électriques à hydrogène sous la marque Hype  » indique Mathieu Gardies, fondateur et P-DG de la compagnie. « Nous possédons aujourd’hui 100 véhicules, dont 62 de marque Hyundai, les autres étant des Toyota Mirai », précise-t-il.

« L’hydrogène, c’est la capacité d’arrêter de polluer sans changer de manière de travailler. C’est une solution fonctionnelle pour passer au zéro émission sur des activités intensives comme celle de taxi : pas de contraintes d’autonomie et surtout pas de contraintes de temps de recharge. Le véhicule à hydrogène s’utilise exactement comme un véhicule thermique, », relève Mathieu Gardies.

En trois ans, plus de 2 millions de kilomètres ont été parcourus par les conducteurs de la compagnie, et 300 000 passagers ont pu découvrir en conditions réelles les atouts de la mobilité hydrogène.

Ne pas attendre que le marché se structure

« On a été précurseurs, mais d’autres constructeurs [comme Toyota ou Mercedes-Benz, ndlr] s’intéressent désormais à l’hydrogène » explique Lionel French Keogh, directeur général de Hyundai France. Selon lui, « le développement du marché du véhicule à hydrogène se fera par l’offre ». Ainsi, le constructeur qu’il représente s’apprête à lancer un nouveau modèle doté d’une pile à combustible.

Présenté début 2018, le Hyundai Nexo est un SUV compact fonctionnant à l’hydrogène. Il sera disponible aux alentours de 70 000 euros, hors aides de l’État. Un prix certes élevé mais qui ne correspond nullement à son coût de fabrication. « Les véhicules à hydrogène sont des véhicules sur lesquels on perd de l’argent », indique sans détour Lionel French Keogh.

« Structurellement, tant que le marché n’est pas mature cela se traduit par des pertes. Mais il faut amorcer la pompe, avoir ces technologies sur les routes et faire en sorte que la mobilité à hydrogène existe », ajoute-t-il. Un constat partagé l’un de ses concurrents. Didier Gambart, directeur général de Toyota France, confirme ses dires et promet que la seconde génération de la Mirai, la berline japonaise à hydrogène, verra son prix baisser de 15 % par rapport à l’actuelle.

« Après, se pose la question des subventions publiques et de leur pérennité. L’autre problème auquel on doit faire face est la valeur résiduelle des véhicules. Dans le cadre des flottes, on s’engage sur une valeur à trois ou cinq ans sans que derrière il y ait un marché du véhicule électrique d’occasion ni du véhicule fuel cell d’occasion », rappelle-t-il.

Mots clefs associés à cet article : Hyundai, Toyota, Pile à combustible, Hydrogène

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2018

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2018, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2018
COMMANDER