Mitsubishi prend ses distances avec le marché européen

Publié le par

À travers un simple communiqué d’une quinzaine de lignes, daté du 27 juillet 2020, Mitsubishi Motors Corporation a scellé l’avenir de la marque japonaise sur le marché européen…

La marque nippone rend les clés sur le marché européen. (© Mitsubishi)
La marque nippone rend les clés sur le marché européen. (© Mitsubishi)

C’est un business plan bâti pour les trois prochaines années (2020-2022). Ce dernier annonce une réduction des coûts de 20 %, une concentration des efforts sur la seule région Asie du Sud-est (ASEAN), qui bénéficiera seule des nouveaux modèles électrifiés, et un développement annoncé en Afrique, Océanie et Amérique du Sud. Une annonce qu’il ne faut pas aller chercher plus loin que dans le repositionnement mondial de l’Alliance, décidé avec Nissan et Renault il y a quelques mois.

L’Europe disparaît des radars

« Nous allons déplacer notre stratégie de l’expansion globale vers la sélection et la concentration » a simplement déclaré Takao Kato, directeur général représentant et directeur général de MMC. « Tout d’abord, poursuit-il, nous achèverons nos réformes structurelles et nous renforcerons nos zones concurrentielles pour construire une structure d’entreprise apte à générer des bénéfices à moyen terme. »

Par défaut, la région Europe est complètement absente de ce business plan baptisé « Small and beautiful », ce qui sonne le glas, à terme, de la présence de la marque sur le Vieux Continent. On pourra peut-être regretter ce slogan quelque peu ironique « Small and beautiful »… Il ne fera certainement sourire personne et surtout pas l’ensemble des réseaux et de l’équipe française de la marque représentée par le groupe Emil Frey, qui avait pourtant investi avec succès dans la marque depuis trois ans.

« Small isn’t beautiful… »

En enlevant au marché européen et français l’Eclipse Cross en version PHEV, tant attendu cette année sur le segment C, ainsi que le nouveau Outlander PHEV, successeur du modèle hybride rechargeable le plus vendu en Europe sur le segment D, MMC ne laisse que deux modèles aux réseaux : la Space Star et le pick-up L200. C’est évidemment insuffisant pour permettre aux distributeurs de continuer à investir dans la marque.

Un coup sur la tête pour le réseau

Rappelons que, sur son exercice fiscal d’avril à juin 2020, la marque japonaise accusait une perte de 1,4 milliard d’euros, anticipant une perte de 2,9 milliards d’euros sur l’ensemble de l’exercice. Pour autant, ce coup d’arrêt a complètement sonné le réseau français depuis deux jours. Le modèle C-SUV était très attendu pour la fin d’année, malgré les retards engendrés par la crise sanitaire Covid-19. Plusieurs concessions étaient d’ailleurs en travaux actuellement afin de préparer l’arrivée des nouveaux modèles.

Comme ce fut le cas lors de l’arrêt de Chevrolet en 2016, les distributeurs pourraient toutefois précipiter la cessation d’activité de la marque en France tant les incertitudes et la suspension de nouveaux modèles sont incompatibles avec les investissements des groupes de distribution, largement fragilisés par la crise du Covid-19 depuis mars dernier. Le feuilleton Mitsubishi n’en est donc qu’à ses débuts puisque la question du dédommagement des réseaux européens et français va désormais se poser.

Une performance commerciale post-Covid exceptionnelle en juin 2020

Rappelons que la marque avait réalisé un mois de juin 2020 exceptionnel et historique avec près de 2 000 commandes clients enregistrées. Ainsi, sur le seul mois de juin, l’Outlander PHEV, best-seller de la marque dans l’Hexagone, avait connu une hausse de près de 50 % de ses immatriculations, lui permettant de revendiquer la troisième place des ventes d’hybrides rechargeables et même la première place du segment hybride rechargeable pour les ventes à clients particuliers. Éligible au bonus écologique gouvernemental de 2 000 euros, le SUV familial de Mitsubishi peut également prétendre à la prime à la conversion. Ainsi, 40 % des reprises sur les ventes d’Outlander PHEV ont pu bénéficier de cette prime. La Space Star a, quant à elle, représenté 31 % des commandes du mois de juin. Elle est également éligible à la prime à la conversion. Plus de 80 % des véhicules repris sur les ventes de la citadine de Mitsubishi en ont d’ailleurs bénéficié.

Mots clefs associés à cet article : Mitsubishi, Marché Europe, Économie, Coronavirus Covid-19, Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter