Mini livre sa vision de la mobilité du futur

Publié le par

La marque britannique vient de présenter en proportions réelles le concept Mini Vision Urbanaut dont un avant-goût numérique avait été donné en novembre 2020. Ce démonstrateur met en avant de nouveaux matériaux, une nouvelle organisation de l’espace disponible à bord afin de coller aux usages à venir en matière de mobilité.

© Mini
© Mini

Mini travaille sur l’avenir de l’automobile. Ou plutôt de la mobilité. La marque britannique – propriété de BMW Group – réfléchit avec l’étonnant concept Mini Vision Urbanaut à ce qu’elle pourra proposer comme prestations à ses clients demain afin de toujours mieux coller à leurs usages. « Chez Mini, nous considérons qu’il est de notre responsabilité de préserver et développer les caractéristiques uniques de notre marque au cours des prochaines années et décennies. Les yeux rivés vers l’avenir, nous avons développé, avec le Mini Vision Urbanaut, une vision de la manière dont nous pouvons amener les attributs de Mini – comme ici, avec l’accent mis sur l’utilisation intelligente de l’espace – dans l’avenir de la mobilité et les interpréter d’une manière typiquement Mini », explique Bernd Körber, directeur de Mini, dans un communiqué.

S’étirant sur 4,46 mètres, le concept Mini Vision Urbanaut – à mi-chemin entre monospace et van – a été conçu avec les envies de ses occupants : l’extérieur et l’intérieur du véhicule peuvent être modifiés « selon le moment Mini (Chill, Wanderlust et Vibe) souhaité afin d’offrir le meilleur environnement scénique et spatial », indique la marque. Cela se traduit par des évolutions de parfum, de sons et d’éclairage ambiant.

Intérieur modulable

Les concepteurs expliquent que « le moment Chill invite à reprendre son souffle et à faire une pause ». Dans ce cadre-là, la banquette arrière peut se transformer en un couchage, la lumière peut être tamisée et, enfin, « dans la zone centrale, l’écran circulaire se replie pour devenir une lampe de table, supprimant ainsi les affichages ou les boutons qui pourraient rappeler au passager qu’il est dans une voiture ».

Le moment Wanderlust correspond aux phases où cette Mini du futur est conduite ou roule grâce à des fonctions de conduite automatisée. « L’intérieur devient l’endroit idéal pour conduire la voiture, ou être conduit par elle. Lorsque l’un des passagers souhaite conduire lui-même, une simple pression du doigt sur le logo Mini fait apparaître le volant et les pédales. Et l’interface utilisateur sur l’écran circulaire central adapte également ses graphismes. Outre une animation de l’itinéraire, des informations supplémentaires sur le voyage – telles que les attractions touristiques et l’heure d’arrivée – sont affichées pour les personnes à bord », est-il indiqué.

Enfin, le moment Vibe « met le temps passé avec les autres passagers au centre de l’attention. L’ouverture de la porte latérale et le déploiement du pare-brise créent une scène accueillante qui efface les frontières entre l’extérieur et l’intérieur. L’écran circulaire central devient un centre de contrôle multimédia. Une animation d’égaliseurs graphiques, qui évolue au rythme de la musique, prend alors vie au niveau de la face avant, de l’arrière, des roues et de la boucle qui surplombe la banquette arrière, créant une atmosphère de club ».

Mots clefs associés à cet article : Mini, Monospace, ludospace

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter