Mini Countryman : mises à jour à la marge

Publié le par

Le SUV de la marque britannique bénéficie d’un subtil restylage de mi-carrière. Sa silhouette générale s’avère en effet préservée, tandis que ses blocs répondent désormais à la norme Euro 6d, mais perdent en puissance.

Pour connaître les prix et la date de commercialisation du Countryman restylé, il faudra être encore patient. (© Mini)
Pour connaître les prix et la date de commercialisation du Countryman restylé, il faudra être encore patient. (© Mini)

Il est, selon le constructeur, « le membre le plus grand et le plus polyvalent de la famille de modèles Mini ». Il faut dire qu’à l’échelle mondiale ce grand gaillard commercialisé depuis 2017 représente 30 % des nouvelles immatriculations de la marque d’outre-Manche. La seconde génération de ce vigoureux Countryman méritait donc un petit coup de jeune avant l’été, même si ce « summer body » se révèle plus confidentiel que providentiel.

De la gueule et du coffre

Du « design affiné avec précision » du nouveau Mini Countryman on remarque surtout la calandre redessinée qui conserve ses motifs hexagonaux et ce S chromé caractéristique. Ce pare-chocs modifié intègre également des prises d’air verticales, ainsi que de nouveaux phares 100 % LED un peu moins globuleux. Pour 450 euros en option, ceux-ci se dotent même de projecteurs adaptatifs. La véritable révolution – en forme de tradition – réside à l’arrière de ce véhicule robuste et rondouillard puisque sa jupe a été retouchée pour introduire des feux de série reproduisant le dessin de l’Union Jack. Une façon de s’aligner sur le reste de la gamme du constructeur britannique, et notamment sur son emblématique petite sœur, la citadine trois portes.

Disponible en onze versions, allant de One à All4, le nouveau Mini Countryman dépoussière également son intérieur avec parcimonie. Outre de nouvelles finitions de carrosserie, de nouvelles roues en alliage léger et de nouveaux coloris dont le noir piano – ajoutée au catalogue, cette teinte va jusqu’à éclabousser les surfaces intérieures –, le SUV très anglais propose un nouvel affichage numérique du cockpit, avec écran couleur de 5 pouces en option. Celui-ci s’ancre dans une planche de bord à la garniture toute de cuir vêtue, tout comme le volant sport qui figure désormais de série dans toutes les moutures du modèle. Notons aussi l’adoption d’un compteur numérique en lieu et place de l’analogique jusque-là proposé.

Apprécié pour son habitacle spacieux de cinq places permettant de transporter tout l’attirail d’un « countryman », famille comprise, le crossover péchait par son coffre étriqué. Heureusement, il se rattrape à présent puisqu’en rabattant le siège arrière l’espace de stockage se trouve étendu de 450 à 1 390 litres. En parlant des sièges, leur réglage électrique est dorénavant disponible en option, de même que la fonction mémoire du côté conducteur.

JPEG - 4.8 Mo

Une chose demeure immuable cependant : l’ultra-personnalisation de ce SUV. Comme le précise Mini, « le désir d’individualisation est pris en charge de manière plus radicale que jamais avec la gamme d’extras supplémentaires en option et d’accessoires ». Parmi eux, citons la recharge sans fil des mobiles, les services numériques Mini Connected, la caméra de recul, le toit ouvrant panoramique ou encore l’appel d’urgence intelligent avec détection automatique de l’emplacement du véhicule en cas d’accident. Quant aux versions Cooper et Cooper D à transmission intégrale All-4, elles sont désormais équipées d’office d’une boîte automatique à huit rapports.

Des chevaux moins fougueux

En plus de l’hybride rechargeable, le nouveau Mini Countryman s’élance grâce à trois moteurs à essence et trois moteurs Diesel dotés de la dernière technologie Mini TwinPower Turbo. Celle-ci comprend désormais un collecteur d’échappement intégré permettant de garantir « un refroidissement très efficace des gaz d’échappement et du système de turbocompresseur », fait valoir Mini. La dernière technologie eDrive, disponible pour les modèles hybrides rechargeables de BMW Group (auquel appartient Mini), comprend quant à lui une batterie lithium-ion haute tension de 9,6 kWh, offrant au SUV restylé une autonomie électrique maximale de 55 à 61 kilomètres.

Malgré toutes ces belles prouesses, la puissance de motorisation du Mini Countryman 2020 est revue à la baisse. Ainsi, l’essence Cooper S voit son 2.0 l turbo passer de 192 à 178 chevaux. En parallèle, l’hybride rechargeable Cooper SE tombe à 220 chevaux contre 224 chevaux auparavant. Une perte de chevaux sous le capot découlant du fait que les blocs moteurs du SUV répondent désormais à la norme Euro 6d. Pour connaître le prix et la date d’ouverture des commandes du dernier-restylé de la marque Mini, il va cependant devoir être patient et se contenter des seules performances communiquées.

Mots clefs associés à cet article : Mini, SUV, Véhicule hybride rechargeable

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER