Mercedes-Benz Vans : au coeur de l’innovation

Publié le par

Dans l’entretien qu’il a accordé à L’Automobile & L’Entreprise, Marcus Breitschwerdt, président de Mercedes-Benz Vans monde, réaffirme que le développement de nouveaux produits, électriques notamment, est une priorité pour lui. Il insiste aussi sur l’importance de proposer aux clients des services à haute valeur ajoutée.

Mercedes croit à l'utilitaire 100 % électrique et le prouve avec ce nouvel eVito Tourer(© Mercedes-Benz Vans)
Mercedes croit à l'utilitaire 100 % électrique et le prouve avec ce nouvel eVito Tourer(© Mercedes-Benz Vans)

Épidémie de coronavirus oblige, c’est à une bien étrange première que nous avons assisté le 10 mars dernier. Nous avions rendez-vous à Stuttgart pour la présentation du nouveau Vito et de l’eVito Tourer, et nous nous sommes retrouvés dans les bureaux de la filiale de Mercedes-Benz Paris, dans le XVIe arrondissement, pour une vidéotransmission de la conférence de presse de Marcus Breitschwerdt.

Le président monde de Mercedes-Benz Vans (MBV) a fait le bilan de l’année 2019 pour sa division. La France y tient une place particulière puisqu’elle est le cinquième marché mondial, le troisième marché européen après l’Allemagne et le Royaume-Uni. Elle a participé de belle façon à l’ensemble de la performance de MBV qui a battu, pour la septième fois consécutive, son record de ventes avec 440 000 unités enregistrées, soit 4 % de plus qu’en 2018.

Le cœur de métier reste le produit

Son succès, Mercedes-Benz Vans le doit aux gammes des Sprinter et Vito thermiques, en grande partie renouvelées. Pour les années à venir, le constructeur souhaite conforter ses résultats avec la montée en puissance des véhicules 100 % électriques, l’eVito et l’eSprinter déjà sur la route, mais aussi avec le grand monospace EQV 300 qui arrive. Un nouveau Citan est aussi annoncé. Marcus Breitschwerdt a confirmé qu’il existerait bien une version 100 % électrique du petit fourgon coproduit avec Renault. Les versions thermiques, même si elles ne sont pas commercialisées en 2020, sortiront elles au tout début de l’an prochain.

Dans l’entretien téléphonique qu’il nous a accordé après la conférence de presse, Marcus Breitschwerdt nous a donné l’impression que MBV avait changé de « philosophie » et qu’on assistait à un recentrage sur le produit. À la question de savoir si Mercedes-Benz Vans continuerait à privilégier les services, à être un fournisseur de mobilités, comme le préconisait son prédécesseur, Volker Mornhinweg, il a été très clair. « Nous considérons toujours qu’il faut aller de l’avant, a-t-il expliqué, et nous n’oublions pas ce que nous pouvons apporter à nos clients dans le domaine des services, où nous avons un grand savoir-faire. Nous nous devons cependant de répondre aussi à leurs besoins en matière de véhicules commerciaux. C’est le cœur de notre métier et cela représente d’ailleurs les 75 % de notre activité. » On pouvait se demander ce que devenait, dans ces conditions, l’initiative adVance. Sur ce point Marcus Breitschwerdt explique que cette initiative lancée il y a trois ans est essentielle pour la stratégie future de la marque. « Nous devons mettre en avant des solutions avant-gardistes, dit-il. Nous allons par conséquent continuer à concentrer nos efforts sur adVANce, qui nous a permis d’avancer sur cette voie. Rien ne peut cependant remplacer, pour nous le commerce automobile. Produits et services sont en réalité complémentaires. Nous mènerons les deux parallèlement car nous en avons besoin pour séduire et fidéliser nos clients actuels comme pour en conquérir de nouveaux. »

Un marché pour l’électrique

Marcus Breitschwerdt revient volontiers sur le marché des utilitaires 100 % électriques et réaffirme le très fort engagement de Mercedes-Benz Vans sur ce marché. « Nous sommes un constructeur capable de fournir à tous les clients sur tous les segments un modèle utilitaire 100 % électrique » a-t-il rappelé, ajoutant que la marque était d’une grande flexibilité en matière de capacités de production et qu’elle était organisée pour toujours répondre à la demande. « Nous ne produisons pas ces modèles dans une petite usine secondaire, a-t-il insisté. La production de nos modèles électriques est entièrement intégrée sur les lignes des usines d’où sortent les versions thermiques. » Aussi le président n’a-t-il pas l’ombre d’un doute : Mercedes-Benz Vans a la possibilité de suivre le développement du marché des véhicules utilitaires légers 100 % électriques, même s’il atteint les chiffres prévus les voitures particulières, à savoir entre 15 et 25 % des ventes en modèles électriques.
C’est même là, à l’entendre, une hypothèse qui paraît des plus raisonnables pour les VUL aussi car les usages se multiplient, avec en première ligne les livraisons du dernier kilomètre, la messagerie, les navettes touristiques ou encore les taxis et les VTC.

Marcus Breitschwerdt poursuit : « Ces véhicules ont toute leur place dans les grandes métropoles, en Europe comme en Asie et en Amérique du Nord, en raison des nouvelles règles d’entrée qu’elles imposent et des limitations d’émissions polluantes. De plus, l’eVito fourgon et l’eSprinter fourgon dès maintenant – l’eCitan plus tard – offrent des autonomies parfaitement adaptées pour circuler et permettre aux utilisateurs de travailler en centre-ville. Quant à l’EQV, le premier grand monospace 100 % électrique du marché, il doit devenir le véhicule de référence pour des personnes au style de vie actif qui apprécieront ses 400 kilomètres d’autonomie. »

De fortes synergies chez Daimler

En interrogeant plus avant Marcus Breitschwerdt, on apprend que les relations entre les équipes qui travaillent sur les véhicules industriels (VI) et celles spécialisées dans les « vans », sont très étroites et qu’elles vont encore se renforcer. « Dans un groupe comme Daimler, dit-il, il existe déjà de fortes synergies. Il en est ainsi entre voitures particulières et utilitaires pour la chaîne de traction électrique et les batteries notamment. Côté véhicules industriels, il y a des services que nous pourrions adopter pour les utilitaires. Nous devons rapprocher les solutions technologiques proposées pour les VI et les VUL, les standardiser. Sur le segment des utilitaires les plus lourds, les options techniques et électriques retenues sont déjà mises au point en coopération avec les spécialistes des VI. Enfin, pour faciliter le quotidien des utilisateurs, des services comme Mercedes PRO peuvent parfaitement être communs. Mercedes-Benz Uptime, qui a déjà été lancé en Allemagne et qui suivra dans le reste de l’Europe, en est un bon exemple. » Ce système intéresse les gestionnaires de flotte comme les utilisateurs professionnels car il augmente la disponibilité des véhicules. En effet, grâce au multiplexage intelligent, un diagnostic de l’état du véhicule est établi en continu, et des recommandations d’action concrètes sont fournies en permanence. Les séjours à l’atelier, imprévus jusqu’ici, peuvent ainsi être planifiés, ce qui raccourcit les durées d’immobilisation.

Article paru dans le n°254 (avril 2020) de L’Automobile & L’Entreprise.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule utilitaire léger (VUL), Véhicule électrique, Mercedes-Benz Vans

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter