Marché flottes : des immatriculations en baisse de 5,4 % par rapport à... 2019

Publié le par

À l’instar du CCFA concernant le marché automobile français, l’Arval Mobility Observatory a décidé de mettre en perspective les immatriculations flottes réalisées en 2021 avec celles de 2019. Une année considérée comme « normale ». Il en ressort qu’à fin avril, le marché entreprise accuse un repli de 5,4 %.

(image d'illustration © AM / A&E)
(image d'illustration © AM / A&E)

« Inutile de comparer le mois d’avril 2021 avec celui de 2020, marqué par un confinement économique complet ». Dans son bilan mensuel des immatriculations entreprise, l’Arval Mobility Observatory annonce la couleur : il n’y a aucun satisfecit à avoir en observant les volumes d’immatriculations s’envoler cette année, puisqu’il n’y a pas eu – ou très peu – de mises à la route l’an passé. Ainsi, l’organisme « a pris le parti de prendre l’année 2019 (dite année normale) comme point de référence ».

Cette précision faite, ce sont 70 871 véhicules particuliers et véhicules utilitaires légers qui ont été immatriculés en entreprises le mois dernier. Soit un volume en baisse de 5,4 % par rapport à... avril 2019. Sur les quatre premiers mois de l’année, avec 288 242 VP + VUL enregistrés, la baisse est contenue à 1,7 %.

Les VP et les motorisations alternatives en tête

À l’issue du mois d’avril, il a été observé « un recul contenu à - 4 % (41 040 unités) des immatriculations de VP, tandis que la baisse atteint 6,71 % à 29 831 unités en ce qui concerne les VUL ».

« Côté énergies, les motorisations alternatives sont les seules à tirer leur épingle du jeu par rapport à avril 2019, avec une croissance à trois chiffres pour les hybrides rechargeables (707,7 % à 5 447 VP + VUL) et les hybrides simples (+ 174,7 % à 5 200 VP + VUL). L’électrique affiche aussi une belle progression de 53,3 % (2 717 VP + VUL) », mentionne le baromètre mensuel. En toute logique, la demande pour les véhicules thermiques est en retrait. Il a été observé une chute de 18,6 % des immatriculations de véhicules diesel (42 502 unités) et de 13,67 % des essence (14 782 véhicules).

Quel bilan de janvier à avril ?

Entre le 1er janvier et le 30 avril 2021, « le marché entreprise est passé dans le rouge » . Toutefois, le repli observé n’est pas sévère : - 1,7 % à 288 242 véhicules (VP + VUL) recensés. Là encore, les immatriculations de VUL ont reculé (- 1,23 % à 122 732 unités) mais moins que celles des VP (- 2 % à 165 510 unités).

« Les parts de marché des différentes énergies ressortent sur quatre mois à 19,61 % pour l’essence ; 61,72 % pour le Diesel ; 3,95 % pour l’électrique ; 14,27 % pour les hybrides ». Une dernière catégorie sous-divisée ainsi : 6,73 % pour les hybrides rechargeables (PHEV) et 7,54 % pour les hybrides simples. Preuve que la transition énergétique des flottes françaises n’a rien d’un mirage. Il s’agit d’une réalité déjà bien amorcée.

Mots clefs associés à cet article : Immatriculations, Marché Flottes

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter