Marché automobile : la reprise en Chine n’est pas si vigoureuse que cela

Publié le par

Alors que le mois d’avril 2020 laissait entrevoir un mouvement de reprise après la paralysie commerciale liée au Covid-19, le marché automobile en Chine montre des signes alarmants de ralentissement, ce qui pose la question de la consistance de la demande et de la confiance des consommateurs.

DR / Volkswagen
DR / Volkswagen

Vu le léger décalage calendaire de la crise du Covid-19, la Chine est observée par de nombreux experts européens et français pour tenter d’affiner les scénarios de relance. Après un début d’année dévasté, logiquement au vu des mesures de confinement, le léger rebond du marché du VN constaté en avril (+ 4,4 % à plus de 2 millions de VN) avait été interprété comme un signal rassurant. Cependant, lors du webinar organisé par Auto Infos, Marc Mortureux, directeur général de la PFA, affirmait se méfier des conclusions trop hâtives, ironisant sur les schémas de sortie de crise en V ou en U, dont la linéarité des phases est rarement une science exacte.

Motif d’inquiétude

Dès lors, il est intéressant de prendre en compte la dernière note de l’Association des constructeurs automobiles chinois (la CAAM, l’équivalent du CCFA en France), qui pointe que les ventes de VN sont de nouveau orientées à la baisse sur les vingt premiers jours du mois de mai 2020 : – 2,5 % pour 971 000 unités. « Malgré des offres de remise et des promotions agressives chez de nombreux constructeurs », prend soin d’ajouter l’association. En revanche, elle précise que la production a repris au rythme d’une croissance de 17 % sur la même période (plus de 1,1 million de véhicules produits).

Un exercice 2020 à – 15 % au minimum

La CAAM y voit un motif d’inquiétude et table désormais sur un recul des ventes de VN sur l’exercice 2020 de 15 % au minimum. Ce sera la troisième année de baisse consécutive pour le premier marché mondial. Pro memoria, sous l’effet de la crise sanitaire du coronavirus, le marché du VN a dévissé de 31 % sur les quatre premiers mois de 2020, à 5,7 millions d’unités.

Mots clefs associés à cet article : Groupe de distribution, Immatriculations, Véhicule neuf (VN), Économie, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter