Marché Europe : mai 2021 ressemble à novembre 2020

Publié le par

Alors qu’en avril dernier, les ventes au sein du marché automobile européen étaient tombées sous la barre du million d’unités, mai 2021 demeure sous ce seuil avec 891 665 immatriculations. Un niveau semblable à celui de novembre 2020.

Les résultats de mai 2021 sont encore bien inférieurs à ceux de mai 2019. © ThinkstockPhotos
Les résultats de mai 2021 sont encore bien inférieurs à ceux de mai 2019. © ThinkstockPhotos

Il y a du mieux par rapport à avril, mais ce n’est toujours pas la panacée. En mai 2021, les immatriculations de voitures particulières dans l’Union européenne ont en effet totalisé 891 665 unités selon l’ACEA, soit presque 30 000 de plus que le mois précédent et ses 862 226 mises en circulation. Par rapport à l’année dernière, lorsqu’au sortir du premier confinement mai 2020 avait enregistré moins de 600 000 ventes, mai 2021 affiche même une augmentation de 53,4 %.

Avec ces chiffres, mai devient donc le deuxième meilleur mois de l’année 2021, après mars et ses 1 062 446 immatriculations. Sur les cinq premiers mois de l’année, la demande de voitures neuves dans l’Union européenne a ainsi atteint, au cumul, 4,3 millions d’unités, soit une progression de 29,5 % par rapport à la même période de 2020. Néanmoins, pour retrouver un niveau de mises à la route similaires à celui de mai 2021, il faut remonter jusqu’à novembre 2020, qui dénombrait alors un volume de 897 692 VP vendus.

Au plus bas depuis huit ans

De plus, les résultats de mai 2021 sont encore bien inférieurs à ceux de mai 2019, comptabilisant 1,2 million de voitures immatriculées. En opérant une rétrospective sur dix ans, l’ACEA met d’ailleurs en exergue un fait éloquent : mai 2021 est – exception faite de mai 2020, dont l’année s’est avérée plus que particulière – le plus faible mois de mai depuis 2013. À l’époque, la zone euro était en récession suite à la crise économique de 2008 et le marché automobile en a sévèrement pâti.

Morose, mai ne l’a cependant pas été pour les principaux marchés nationaux de l’Union européenne. L’Espagne a ainsi développé la plus forte expansion (+ 177,8 %) quand la France, l’Italie et l’Allemagne ont assumé des hausses sensiblement communes avec, respectivement, + 46,4 %, + 43 % et + 37,2 %. Depuis le début de l’année 2021, les croissances de ces pays s’évaluent également à deux chiffres, mais avec une hiérarchie remaniée. L’Italie repasse donc en tête (+ 62,8 %), suivie de la France (+ 50,1 %), de l’Espagne (+ 40 %) et, enfin, de l’Allemagne, dont les gains ont été plus stables sur la durée (+ 12,8 %).

En mai, les marques se maintiennent

JPEG - 140.8 ko

Sur le créneau des constructeurs automobiles, le groupe Volkswagen évolue encore et toujours en tête des groupes ayant le plus immatriculé avec 251 078 unités et + 71,8 % sur un an. Sempiternel Poulidor du classement, la constellation Stellantis (mélangeant l’entité FCA et celle de PSA) enregistre 199 775 mises à la route en mai 2021, soit + 49,1 % par rapport à mai 2020. Quant au groupe Renault, abonné à la dernière marche du podium, il progresse de + 22,5 % avec des ventes s’établissant sous les 100 000 unités (84 996 précisément).

Seule marque à afficher une évolution négative en mai 2021 : Mitsubishi, qui dérape à - 15,9 % et même - 34,6 % sur les cinq premiers mois de l’année.

Mots clefs associés à cet article : Immatriculations, Marché VP, Marché Europe, Véhicule neuf (VN), ACEA

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter