Marché Europe : les ventes de mars font un bond

Publié le par

Après deux mois de baisse consécutifs, mars 2021 semble reprendre une belle ascension. Les immatriculations de voitures particulières neuves dans l’Union européenne ont en effet dépassé le million et augmenté de 87 % par rapport à mars 2020 selon l’ACEA.

Une croissance de 87,3~% en un an qui réussit même l’exploit de dépasser les ventes enregistrées en janvier et février 2020 . © ThinkstockPhotos
Une croissance de 87,3~% en un an qui réussit même l’exploit de dépasser les ventes enregistrées en janvier et février 2020 . © ThinkstockPhotos

Sommes-nous enfin dans les « jours meilleurs » promis par nos dirigeants ? Le marché automobile européen semble en tout cas redresser la tête en mars 2021. Selon les chiffres de l’ACEA, le troisième mois de l’année comptabilise ainsi 1 062 446 mises à la route de voitures neuves, contre 567 253 au cours du même mois en 2020. Une croissance de 87,3 % en un an qui réussit même l’exploit de dépasser les ventes enregistrées en janvier et février 2020 (soit avant la crise sanitaire) et même de narguer les immatriculations de décembre 2019, qui s’établissaient à 1 065 887 unités. Grâce à cette variation positive de mars, la demande européenne de voitures neuves au cours du premier trimestre 2021 a donc crû de 3,2 % pour atteindre 2,6 millions de VPN vendus au total.

Autre fait notable : des gains à trois chiffres ont été recensés sur trois des quatre plus grands marchés de l’UE, à savoir l’Italie, la France et l’Espagne. Nos voisins transalpins sont ceux ayant connu la plus forte progression avec + 497,2 %, quand le marché tricolore décolle à + 191,7 % et celui ibérique enfle de 128 %. Bien qu’affichant une certaine solidité, le marché allemand fait moins bien avec des ventes en hausse de presque 36 % par rapport à mars 2020. Des résultats enthousiasmants qui doivent cependant être nuancés par le fait que le troisième mois de l’année dernière avait été amputé de la moitié de ses jours ouvrables, compte tenu d’un confinement stricte qui avait vu la fermeture des concessions dans tous les pays d’Europe à partir de la mi-mars.

Si l’on considère les principaux marchés de l’UE depuis le début de l’année 2021, les gains du mois dernier ont amené les performances cumulées de l’Italie et de la France en territoire positif (respectivement à + 28,7 % et + 21,1 %). En revanche, l’Espagne (- 14,9 %) et l’Allemagne (- 6,4 %) ont continué d’afficher des replis sur l’intégralité de janvier-février-mars 2021. De même, au regard des dix dernières années, il faut retourner jusqu’au mois de mars 2014-2015 pour observer des chiffres similaires à ceux du mois de mars 2021. Deux mois qui faisaient suite à la crise de l’industrie automobile de 2013, induite par une consommation des ménages significativement en berne.

Mitsubishi fléchit

JPEG - 177.3 ko

Du côté des constructeurs automobiles, l’ambiance est également plus réjouissante. S’inscrivant toujours en tête des groupes ayant le plus immatriculé, le groupe Volkswagen évolue à presque + 46 % en mars 2021, bien que restant dans le négatif à - 3,8 % dans la période cumulée de janvier à mars. Second du classement, la constellation Stellantis (mélangeant désormais l’entité FCA et celle de PSA) se hausse, elle, à + 140,9 % et + 7,4 % au premier trimestre 2021. Quant au groupe Renault, sur la dernière marche du podium, il affiche + 70,4 % pour mars 2021 mais recule de - 3 % depuis le début de l’année. Enfin, rares marques se contractant au mois dernier, Mitsubishi et Honda accusent respectivement des baisses d’immatriculations de 22,7 % et 9,1 %. Mitsubishi, qui envisageait que quitter le marché européen mais y restera finalement, pâtit peut-être de son revirement stratégique…

Mots clefs associés à cet article : Mitsubishi, Marché Europe, Véhicule neuf (VN), Groupe Renault, ACEA, Groupe Volkswagen, Stellantis

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter