Marché Europe : les immatriculations repassent sous la barre du million

Publié le par

En avril 2021, les ventes de voitures neuves dans l’Union européenne ont enregistré 862 226 mises à la route, bondissant de plus de 200 % par rapport à l’an passé. Une hausse artificielle toutefois, compte tenu des mauvais résultats d’avril 2020.

De janvier à avril 2021, la demande européenne de voitures particulières a toute de même augmenté de 24,4%. © Arval
De janvier à avril 2021, la demande européenne de voitures particulières a toute de même augmenté de 24,4%. © Arval

En mars 2021, on se réjouissait de voir les chiffres de l’ACEA remonter, s’établissant enfin au-dessus du million d’unités (1 062 446 précisément) : une première depuis décembre 2020. Malheureusement, l’allégresse a été de courte durée puisque, au mois d’avril dernier, les ventes de véhicules neufs dans l’UE ont recommencé à chuter, stagnant désormais à 862 226 mises en circulation. Certes, par rapport à avril 2020 et ses 270 651 immatriculations, la progression est de 218,6 %. Néanmoins, cette forte augmentation n’est que le fruit d’une faible base de comparaison. Ainsi, si l’on se rapporte à avril 2019, le volume affiché est inférieur de près de 300 000 unités.

Et cette croissance en demi-teinte, voire factice, se retrouve sur l’ensemble des marchés nationaux, puisque plusieurs pays affichent des pourcentages d’évolution à trois et même quatre chiffres ! En avril 2021, l’Italie a ainsi enregistré la plus forte expansion avec + 3 276,8 %, suivie de l’Irlande (1 988,6 %) et de l’Espagne (+ 1 787,9 %, passant de 4 163 immatriculations en avril 2020 à 78 595 au mois dernier). Avec une variation + 568,8 %, la France affirme elle aussi un solide renforcement de ses gains sur un an, alors que l’Allemagne, plus constante sur la durée, n’atteint que + 90 % d’accroissement. Cependant, au nombre de voitures vendus, la cousine germaine distance largement ses voisins d’Outre-Rhin avec 229 650 ventes en avril 2021 contre 140 426 pour la France et 145 033 pour l’Italie.

Nonobstant, ne boudons pas notre plaisir à voir le début de l’année 2021 s’inscrire dans le positif. Pour cause : de janvier à avril 2021, la demande européenne de voitures particulières a tout de même augmenté de 24,4 %, comptabilisant 3,4 millions d’unités cumulées. Un regain plus réaliste cette fois, qui concerne la plupart des marchés de l’UE, notamment les quatre principaux. L’Italie et la France, parmi les plus douloureusement impactés par la crise sanitaire et l’arrêt temporaire de l’économie l’année dernière, sont donc les places ayant dessiné les courbes ascendantes les plus importantes avec respectivement + 68,4 % et + 51 %. Quant aux performances de l’Espagne et de l’Allemagne (à + 18,8 % et + 7,8 %), elles permettent à ces deux pays de repasser dans le vert pour la première fois depuis le début de l’année.

Viril mois d’avril

JPEG - 138.3 ko

Si l’on regarde à présent du côté des constructeurs automobiles, aucune marque n’a à subir l’affront d’une diminution. Toujours en tête des groupes ayant le plus immatriculé, le groupe Volkswagen évolue à presque + 195 % en avril 2021, soit dix fois plus que sur la période cumulée de janvier à avril (+ 19,3 %). Seconde du classement, la constellation Stellantis (mélangeant désormais l’entité FCA et celle de PSA) explose, elle, à + 330 % et + 34,1 % au premier quadrimestre 2021. Quant au groupe Renault, sempiternellement abonné à la dernière marche du podium, il développe une progression de + 184,5 % pour avril 2021 et + 17,6 % depuis le début de l’année. Fait notable : dans ce tableau de hausses à trois chiffres au mois dernier, seule la marque Mitsubishi demeure bloquée à une croissance à deux chiffres (+ 32,4 %) après un mois de mars 2021 dans le négatif.

Mots clefs associés à cet article : Immatriculations, Marché Europe, Véhicule neuf (VN), ACEA

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter