Lutte contre la pollution atmosphérique, six collectivités retenues…

Publié le par

Tout n’a pas disparu, et quelques mesures du Grenelle II de l’environnement persistent… C’est ainsi que NKM (Nathalie Kosciusko-Morizet.), notre nouvelle ministre de l’Environnement, a annoncé de concert avec l’Ademe le nom des six collectivités retenues pour participer à l’expérimentation de zones d’action prioritaires pour l’air (ZAPA). Les nommés sont : Grand Lyon, Grenoble-Alpes Métropole, Clermont Communauté, Pays d’Aix, Plaine Commune et la ville de Paris. « Il s’agit de la mise en œuvre d’une mesure phare de la loi Grenelle II pour améliorer la qualité de l’air. C’est un enjeu de santé publique : la pollution de l’air diminue l’espérance de vie de 9 mois pour chaque Français, et l’exposition aux particules fines causerait 40 000 décès chaque année. Les zones d’actions prioritaires pour l’air, dites ZAPA, doivent permettre de renforcer la lutte contre la pollution atmosphérique et notamment de réduire les émissions de particules et d’oxydes d’azote (NOx)  » a-t-elle déclaré… Peut-être devrait-elle lire plus souvent L’Automobile & L’Entreprise, qui milite depuis plusieurs années contre la pollution (particules fines et NOx) dégagée par les moteurs Diesel alors que le parc français est diéselisé à plus de 70 % et que certains constructeurs s’entêtent même à faire de l’hybride diesel, suivez mon regard !
Dans ces zones, l’accès aux véhicules contribuant le plus à la pollution atmosphérique devrait être limité, voire interdit. Nous verrons bien, mais nous n’y croyons pas beaucoup tant il y a un décalage, que dis-je un gap, entre ce que déclarent les politiques et la réalité de tous les jours, dont ils sont de plus en plus coupés !
Quoi qu’il en soit, cette expérimentation concerne en France les communes ou groupements de communes de plus de 100 000 habitants qui souhaitent lutter contre la pollution générée par le trafic routier et ses conséquences sur la santé humaine. En 2011, l’Ademe, qui au passage ne prend toujours pas en compte ces polluants dans son classement des véhicules propres (un comble !), pilotera un groupe d’échanges national afin de permettre à toutes les collectivités de prendre connaissance des actions pertinentes pour améliorer la qualité de l’air. Là, une fois de plus, la communication l’emporte sur la réalité des choses ! Au bout du compte, après quantité d’études et de rapports divers… l’on va interdire à un certain nombre de véhicules essence de circuler dans ces ZAPA, mais les modèles Diesel pourront continuer à nous tuer à petit feu en toute impunité avec leurs particules et les NOx importants qu’ils dégagent. Et dire que nos impôts continuent à alimenter tout cela… C’est désespérant d’absurdité !

Mots clefs associés à cet article : Collectivité locale

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter