Location longue durée : le bilan complet de l’année 2020

Publié le par

Le Syndicat français des entreprises de services automobiles en LLD (Sesam LLD) vient de publier une note récapitulant l’ensemble des données du marché de la location longue durée en France en 2020. Si cette dernière a été fortement perturbée par la pandémie de Covid-19, la formule continue de séduire particuliers comme professionnels.

© L'Automobile & L'Entreprise
© L'Automobile & L'Entreprise

La location longue durée (LLD) est une formule de financement automobile désormais bien installée dans le paysage français. Selon les dernières données dévoilées par le Sesam LLD, l’an passé, 525 431 immatriculations en LLD ont été enregistrées en France. Un volume qui comprend la mise à la route de 410 884 véhicules particuliers, 77 948 véhicules utilitaires légers (VUL) et 36 599 véhicules de société. En toute logique – crise sanitaire oblige –, ce résultat est en recul de 17 % par rapport à 2019. Néanmoins, les véhicules loués ont représenté 26,9 % des immatriculations de véhicules neufs, établies à 1 952 404 unités au 31 décembre 2020.

Du côté des adhérents du Sesam LLD (ALD Automotive, Alphabet, Athlon, Arval, Free2Move Lease, CGFF, BPCE CarLease, etc.) ont été enregistrées 463 931 mises à la route (- 10,4 %) et 435 845 restitutions (- 1,6 %).

Le verdissement des parcs s’accélère

Parmi les données publiées par le Sesam LLD, on constate une nette évolution du mix énergétique du parc de véhicules loués. « La part de véhicules particuliers fonctionnant aux énergies alternatives augmente significativement dans les parcs LLD puisque ceux-ci représentent 17,8 % des immatriculations en 2020. Le verdissement des parcs s’accélère avec une croissance exceptionnelle des motorisations alternatives [hybride, hybride rechargeable et électrique, ndlr] », commente le syndicat. Ainsi, les immatriculations de VP 100 % électriques « sont presque multipliées par trois, celles d’hybrides rechargeables par quatre ». Au total, les immatriculations de véhicules plug-in hybrid et de full-electric s’élèvent à 44 232 unités (contre 12 781 en 2019).

En conséquence, les émissions moyennes de dioxyde de carbone (CO2) des véhicules immatriculés en LLD se montrent inférieures à celles du marché global. De peu certes, avec un taux moyen de 127,9 g/km versus 129,6 g/km.

Toujours en matière d’émissions de CO2 – référentiel de nombreuses réglementations automobiles – il est à noter que le parc LLD français est composé d’une part importante de véhicules à faibles émissions. Ainsi, « les véhicules émettant moins de 60 g/km représentent 4,8 % du parc. Ceux émettant entre 60 et 100 g/km 28,6 %. À l’opposé, la part des véhicules aux émissions les plus importantes (plus de 166 g/km) se maintien avec 3,5 % de véhicules rejetant entre 166 et 200 g/km et 2,5 % de véhicules issus de la tranche au-dessus des 200 g/km » .

Les modèles les plus demandés


Mots clefs associés à cet article : LLD, Marché France, Sesam LLD

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter