Les trottinettes électriques entrent au Code de la route

Publié le par

Depuis ce vendredi, l’usage des trottinettes et autres EPDM (engins de déplacements personnels motorisés) est réglementé au Journal officiel. Leur nouvel encadrement comprend notamment des limitations de vitesse et un équipement obligatoire.

Alors que les accidents impliquant des trottinettes électriques se sont multipliés ces derniers mois, il était temps de définir précisément les conditions de circulation de ces EPDM.
Alors que les accidents impliquant des trottinettes électriques se sont multipliés ces derniers mois, il était temps de définir précisément les conditions de circulation de ces EPDM.

Fini l’anarchie ! Le no-man’s land juridique dans lequel évoluaient les utilisateurs de trottinettes électriques (mais aussi de gyroroues et d’hoverboards) vient d’être comblé. Un décret publié au Journal Officiel vendredi 25 octobre prévoit en effet toutes les règles du code de la route auxquelles ces appareils de mobilité se trouvent désormais soumis.

Des mesures qui entreront en vigueur en deux temps, une première partie du texte prenant effet dès ce samedi. L’autre, portant sur les aspects plus technologiques de ces nouveaux moyens de transport, n’interviendra pas avant le 1er juillet 2020.

Limitation à 25 km/h et port du casque obligatoire

Alors que les accidents impliquant des trottinettes électriques – et se soldant malheureusement souvent par des drames – se sont multipliés ces derniers mois, il était temps de définir précisément les conditions de circulation de ces EPDM. 

Dorénavant, il est donc interdit de rouler sur les trottoirs si une piste cyclable aménagée existe. Auquel cas, cela sera possible de naviguer entre les piétons à une allure raisonnée. D’ailleurs, impossible désormais de dépasser les 25 km/h alors que certains modèles peuvent atteindre les 80 km/h. Ceux qui contreviendraient à cette restriction s’exposeraient à 1 500 euros d’amende, voire 3 000 euros en cas de récidive. Dissuasif…

À cette révision du code de la route s’ajoute le port du casque et de dispositifs réfléchissants maintenant obligatoires, de jour comme de nuit. De plus, les trottinettes se doivent d’être équipées de freins, d’un système d’avertissement sonore et de feux de positions, des éléments jusqu’alors optionnels bien que primordiaux pour assurer la sécurité de tous les usagers de la route.

Enfin, terminées les balades à plusieurs sur un seul et même engin : le conducteur, « âgé d’au moins douze ans », n’aura aucunement le droit de « pousser ou tracter une charge ou un véhicule » ainsi que de « se faire remorquer par un véhicule ». Sans quoi il risquerait de se voir infliger une contravention de deuxième classe. À bon entendeur… nul n’est à présent censé ignorer la (nouvelle) loi.

Mots clefs associés à cet article : Sécurité, Micro-mobilité, Trottinettes électriques, Code de la route

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter