Les tarifs de stationnement à Paris revus… à la hausse

Publié le par

Après la suppression de la moitié des places de parking en voirie, la mairie de Paris vient d’annoncer une revalorisation des prix du stationnement dans la capitale. En plus de la fin de la gratuité pour les deux-roues motorisés thermiques, y garer sa voiture deviendra plus cher, et ce dès cet été.

Paris affichait jusqu’alors des tarifs horaires allant de 2,40 et 4,40 euros. © Stanisław Gregor/Unsplash
Paris affichait jusqu’alors des tarifs horaires allant de 2,40 et 4,40 euros. © Stanisław Gregor/Unsplash

L’opération de la maire de Paris d’évincer l’automobile de la capitale se poursuit. Nouvelle étape dans cette action : la majorité municipale vient de décider d’augmenter le tarif horaire de stationnement des automobilistes « visiteurs », c’est-à-dire non-résidents. De même, fini la gratuité pour les conducteurs de motos et scooters non-électriques. Des mesures qui ont de quoi agacer mais que les équipes de la mairie de Paris justifient en comparant les tarifs pratiqués dans d’autres capitales européennes.

Alors que le prix moyen pour une heure de stationnement s’élève à 8 euros à Londres, 7,65 euros à Stockholm ou 4,89 euros à Madrid, Paris affichait jusqu’alors des tarifs allant de 2,40 et 4,40 euros. Trop attractifs, ils grimpent désormais suivant les zones. En zone 1, correspondant au centre parisien, soit les onze premiers arrondissements, le prix horaire va donc passer de 4 à 6 euros – et il sera toujours interdit d’y stationner plus de six heures d’affilée. En zone 2, dans les arrondissements périphériques, le prix va quant à lui doubler, passant de 2 à 4 euros. De nouveaux tarifs visiteur en surface qui seront mis en place à partir du 1er août prochain.

Zone I : du 1er au 11e arrondissement
Nouveaux tarifs FPSAnciens tarifs
75 €50 €
52,50 € (si paiement en minoré)35 € (si paiement en minoré)
Zone 2 : du 12e au 20e arrondissement
Nouveaux tarifs FPSAnciens tarifs
50 €35 €
35 € (si paiement en minoré)24,50 € (si paiement en minoré)

Si les résidents possédant une voiture, eux, se voient toujours soumis aux mêmes forfaits – une carte annuelle de 45 euros et un tarif à la journée de 1,50 euro – le nombre de cartes de stationnement résident par personne sera désormais limité afin de libérer des places supplémentaires sur la voirie. Néanmoins, « la Ville de Paris travaille avec les concessionnaires et les bailleurs sociaux pour faciliter la transition des riverains vers le sous-sol », fait savoir l’équipe d’Anne Hidalgo dans un communiqué.

Changement des règles pour les deux-roues

Autre mauvaise surprise pour ceux circulant en motos et scooters thermiques : l’instauration du stationnement payant pour les deux-roues motorisés à partir du 1er janvier 2022, à un tarif égal à 50 % de celui s’appliquant aux automobiles et avec le même principe de distinction entre résidents, professionnels et visiteurs. La gratuité, elle, continuera de s’appliquer pour les scooters et motos électriques. Ainsi, un tarif horaire de 3 euros sera mis en place pour les visiteurs en zone 1 et de 2 euros en zone 2. Les résidents bénéficieront d’une carte annuelle de 22,50 euros et d’un tarif journalier de 0,75 euro.

>> À lire aussi : Le déconfinement a bien profité aux deux-roues->9499]

Un Pass deux-roues motorisés dont l’abonnement sera fixé à 90 euros/mois en zone 1 et 70 euros/mois en zone 2 est également envisagé. Concernant les professionnels bénéficiaires de la carte Pro-mobile – dont la gratuité perdurera jusqu’au 1er octobre pour atténuer l’impact de la crise sanitaire –, un tarif de 50 centimes d’euros par heure sera appliqué. Pour faire passer la pilule, la mairie de Paris assure toutefois que les professionnels du soin à domicile se déplaçant en deux-roues motorisés bénéficieront toujours du stationnement gratuit. La création de 5 000 places pour ces engins et la possibilité de se garer sur les places voitures est également conservée. En plus de 1 000 places vélos-cargos, de 1 000 places de livraison (portant leur nombre total à 10 600) et de 100 emplacements de taxis supplémentaires.

La grogne monte

Il fallait s’y attendre, ces annonces formulées par l’adjoint de la maire de Paris aux transports, David Belliard, n’ont pas manqué de provoquer l’ire des conducteurs et de leurs représentants, notamment de l’association 40 millions d’automobilistes. Cette dernière a dénoncé « la mise en place d’une politique tarifaire prohibitive qui pénalisera en premier lieu les usagers qui habitent en banlieue mais viennent chaque jour travailler à Paris. » L’association regrette également que « cette chasse incessante à la voiture ne fasse que nuire à l’attractivité économique et touristique de la capitale, sans améliorer pour autant la qualité de vie des Parisiens et Franciliens. »

« Il va désormais coûter moins cher de rouler que de se garer ! », ironise même Pierre Chasseray, délégué général de l’association. Qui craint aussi que l’augmentation des tarifs de stationnement en voirie n’oriente le prix du stationnement en parking sous-terrain à la hausse, « alors même que la mairie de Paris avait prétendu vouloir rendre ce type de stationnement plus attractif. »

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Parking, Deux et trois roues, Stationnement , Tarifs

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter