Les smartphones, nouvelle clé de contact universelle ?

Publié le par

Les solutions « mains libres » sont devenues la norme à bord des autos récentes. Demain, la clé de contact pourrait définitivement disparaître au profit des smartphones. Des constructeurs proposent déjà ce type de technologie sur leur dernières productions, tandis que d’autres travaillent avec les géants du Net à une solution commune. Explications.

Les smartphones, nouvelle clé de contact universelle ?

L’automobile est réellement entrée dans le XXIe siècle. Non pas en raison d’une quelconque forme novatrice ou de l’émergence de motorisations vraiment alternatives, mais à cause du contenu technologique toujours plus poussé qu’elle offre à ses utilisateurs. Qu’il s’agisse d’aides à la conduite, de systèmes de sécurité avec leurs multiples capteurs ou d’équipements de confort et de divertissement avec leurs nombreux écrans (voir L’Automobile & L’Entreprise n° 244). Désormais le câble et les capteurs sont rois dans la carcasse d’un véhicule. Et de nouveaux équipements continuent de voir le jour.

Ces dernières années, équipementiers et constructeurs ont réussi le tour de force de ne plus proposer de clé aux automobilistes pour utiliser leurs véhicules. Il y a d’abord eu l’apparition au début des années 1980 du verrouillage centralisé à distance, sous forme de grosse télécommande ajoutée au trousseau de clés. Un équipement popularisé par Renault sur sa Fuego. Plus récemment encore, la clé de contact a été suppléée par une carte à puce dite « mains libres ».

JPEG - 2.8 Mo

Popularisée là encore par Renault, cette innovation a permis, dans un premier temps, de déverrouiller uniquement les portières en s’approchant du véhicule puis, dans un second temps, de démarrer le moteur par la simple présence de la carte dans l’habitacle. Une technologie reprise par beaucoup d’autres constructeurs depuis, même s’ils restent plus conservateurs que le Losange, c’est-à-dire attachés à l’objet physique et universel qu’est la clé et son porte-clés.

Les urbains petits rouleurs ciblés en priorité

Au fil du temps, les services R&D des constructeurs et équipementiers ont repéré que les automobilistes avaient la possibilité de se débarrasser aisément du traditionnel trousseau de clés au profit d’un autre objet, utilisé au quotidien, ayant de multiples fonctionnalités : le smartphone. Certains constructeurs ont donc mis au point des applications permettant d’utiliser leurs véhicules avec simplement un téléphone en poche. Pratique. Comme toute innovation, après avoir été un temps l’apanage des produits les plus haut de gamme, l’idée ruisselle vers les gammes moyennes et inférieures, et des constructeurs les plus premium vers les plus généralistes. Ainsi, à date, BMW, le groupe Volkswagen (« Audi Mobile Key », « Skoda Connect »…), Tesla, mais aussi Hyundai (« Digital Key »), Opel (« MyOpel ») ou encore Toyota (« Smart Key Box ») proposent leurs solutions d’ouverture et de fermeture par smartphone. Il suffit de disposer d’un téléphone compatible et de télécharger l’application adéquate pour profiter de cette fonctionnalité.

JPEG - 1.2 Mo

Sans être clients d’un quelconque constructeur automobile, les urbains ont également pris l’habitude d’utiliser un véhicule avec leur téléphone. En effet, les services d’auto-partage comme Renault Mobility, Drivy, Ouicar ou Virtuo misent eux aussi sur les smartphones pour accorder ou révoquer l’accès à leurs véhicules. Il suffit à l’utilisateur de présenter son téléphone devant une cible placée derrière les vitres avant du véhicule pour ouvrir les portières de celui-ci et/ou déverrouiller la boîte à gants contenant la clé de contact, ainsi que les papiers du véhicule emprunté.

Uniformiser le procédé

Afin de pouvoir toucher le plus d’automobilistes possible et de partager les coûts de développement, constructeurs, fabricants de smartphone et concepteurs de cartes à puces ont décidé d’unir leurs efforts. En 2009, le Car Connectivity Consortium (CCC) a vu le jour. Cette structure regroupe aussi bien des marques comme Volkswagen ou General Motors qu’Apple, Samsung, LG et Gemalto, ou encore Qualcomm. Son credo est le développement de solutions de connectivité pour l’automobile via les smartphones.

C’est notamment cet organisme qui est à l’origine de la technologie « Mirror Link » permettant aux conducteurs de dupliquer l’écran de leur smartphone sur l’écran multimédia de leur véhicule. Plus récemment, ses travaux ont consisté à définir une norme baptisée « Digital Key » codifiant le type de technologie à utiliser pour déverrouiller un véhicule et les actions pouvant être réalisées par l’utilisateur final. Ces acteurs ont donc décidé de retenir la technologie NFC (analogue à celle permettant aux cartes bancaires de payer « sans contact », ndlr) pour l’ouverture des véhicules. L’idée étant bien sûr que cela puisse être compatible avec le plus grand nombre possible de véhicules et de modèles de smartphones de marques différentes.

Mots clefs associés à cet article : Autopartage, Smartphone, Gestion des accès, clés "mains libres"

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter