Les intentions d’achat automobile ne s’effondrent pas

Publié le par

Adot présente les résultats de sa récente étude consacrée au secteur automobile, en identifiant les nouveaux comportements de consommation des Français et en mesurant l’impact de la crise du Covid-19 sur les intentions d’achat automobile.

DR
DR

Réalisée du 11 au 19 mai 2020 auprès d’un échantillon de Français âgés de 18 à 54 ans, l’étude du groupe Adot met en exergue qu’avant la crise sanitaire, 22 % des Français avaient l’intention d’acheter un véhicule. Après le déconfinement, ils sont 85 % à ne pas remettre en cause leur projet d’achat. C’est particulièrement vrai pour le VN (3 sur 4), tandis que la crise a davantage refroidi les intentionnistes sur le VO.

Les hybrides ont le vent en poupe

Au niveau des énergies, l’étude révèle un engouement pour les véhicules hybrides : 42 % des sondés se déclarent plus intéressés par ce type de motorisations qu’avant la crise. Les véhicules 100 % électriques suscitent un intérêt plus circonscrit (21 %).

Des services sur-mesure

Sur le plan de la relation client et des services, les sondés accordent naturellement de l’importance au respect des protocoles sanitaires (port du masques, traitement des véhicules avec des produits virucides…). Plus intéressant, la prise de rendez-vous sur un créneau horaire précis et la possibilité de réaliser un essai du véhicule à partir du domicile sont jugées comme des services à valeur ajoutée.

Mots clefs associés à cet article : Marché France, Véhicule neuf (VN), Véhicule d’occasion (VO), Véhicule électrifié , Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter