Les immatriculations de VUL progressent en Europe depuis le début de l’année

Publié le par

Selon un baromètre de l’ACEA, les immatriculations de véhicules utilitaires légers en Europe connaissent une tendance à la hausse : + 6,5 % sur les huit premiers mois de l’année, dont + 17 % sur la période juillet-août.

Cette bonne santé du secteur VU doit beaucoup aux performances des fourgonnettes et autres poids plumes de la gamme.
Cette bonne santé du secteur VU doit beaucoup aux performances des fourgonnettes et autres poids plumes de la gamme.

Cet été, les immatriculations de véhicules utilitaires ont considérablement augmenté au sein de l’UE. Le marché a grimpé de 6,2 % en juillet et de 11 % en août 2019, affichant ainsi un huitième mois de croissance consécutif pour ce segment des VU. Depuis le début de l’année 2019, la demande a en effet augmenté de 6,5 % avec plus de 1,7 million de véhicules immatriculés dans toute l’Europe. En tête des pays de la communauté soutenant ces chiffres, l’Allemagne pointe à + 13,6 %. Elle se trouve suivie de près par le Royaume-Uni (+ 11,3 %), la France (+ 6,5 %), l’Italie (+ 4,3 %) et, un peu en retrait, l’Espagne (+ 2,1 %).

Plus 17,5 % en août pour les moins de 3,5 t

Comme le souligne l’étude de l’ACEA parue le 25 septembre, cette bonne santé du secteur VU doit beaucoup aux performances des fourgonnettes et autres poids plumes de la gamme. En août 2019, les immatriculations de véhicules utilitaires légers ont même enregistré une montée en flèche, affichant + 17,5 % par rapport à l’année précédente.

Parmi les cinq principaux marchés européens, c’est le Royaume-Uni qui propulse ces résultats avec une augmentation de 41 %, loin devant son challenger l’Allemagne, à + 19 %. Il n’y a guère que du côté de nos voisins ibériques que l’on assiste à une tendance négative plutôt qu’à une poussée à deux chiffres.

Les poids lourds à la traîne

A contrario, les immatriculations de camions et d’autobus ont subi une véritable dégringolade dans l’UE au cours de ces deux mois d’été. Les scores chutent en effet de 25,1 % en juillet et de 21,8 % en août pour les poids lourds, quand les immatriculations d’autobus et d’autocars dans l’UE décrochent de 10,3 % en août 2019 par rapport à l’année précédente. Toutefois, les résultats se révèlent mitigés selon les pays, avec une appétence croissante de l’Espagne pour ce type de transports (+ 140 %). Une expansion qui rattrape le désintérêt du Royaume-Uni (– 41,6 %) et de la France (– 13,6 %) à l’égard des bus et des cars.

Quant au marché européen des poids lourds, il se maintient au global avec 7,7 % d’augmentation entre janvier et août 2019, notamment grâce à la contribution positive du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne. Ces trois pays comptabilisent des immatriculations respectivement en hausse de 19,3 %, 11,3 % et 11,1 %.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule utilitaire léger (VUL), Immatriculations, Marché Europe

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter