Les habitudes des conducteurs de véhicules électriques décryptées

Publié le par

Une étude réalisée à l’initiative d’Enedis et en partenariat avec l’institut BVA propose d’établir un bilan des comportements et usages des automobilistes conduisant des véhicules électrifiés.

70 % des conducteurs du panel n'utilisent jamais ou presque de bornes de recharge publiques. (© Dave HILL/Bandits/Renault Presse)
70 % des conducteurs du panel n'utilisent jamais ou presque de bornes de recharge publiques. (© Dave HILL/Bandits/Renault Presse)

C’est une enquête qui est un peu passée inaperçue lors de sa publication mi-mai… Pourtant, elle en révèle énormément sur l’électromobilité déployée sur le territoire national. Fréquence de recharge, déplacements quotidiens, type d’installation… Ce sondage commandé par le distributeur d’énergie Enedis auprès de BVA permet en effet de mieux cerner les habitudes quotidiennes de plus de 800 utilisateurs de VE ou hybrides rechargeables. Des résultats probants et qui peuvent s’avérer utiles pour les constructeurs afin d’identifier les attentes de leurs futurs clients. A fortiori parce que le marché de la voiture électrique ne cesse de croître et qu’il pourrait être dopé par le plan de relance du Gouvernement, mais aussi par les aides accordées aux énergies alternatives, plus vertueuses que le thermique. Pour preuve : un tiers des Français serait prêt à passer à l’hybride ou à l’électrique selon une enquête Ford/YouGov.

43 kilomètres par jour en moyenne

Selon l’étude d’Enedis, la majorité des utilisateurs d’un véhicule électrifié possède déjà un autre véhicule (80 % pour les VE et 64 % pour les hybrides rechargeables). Pour 73 à 92 % de ces usagers de la route, leur voiture « branchée » constitue toutefois le véhicule principal du foyer en termes de kilomètres parcourus, à savoir 43 kilomètres par jour en moyenne.

Consultez l’enquête Enedis/BVA :

PDF - 642.5 ko

Une distance supérieure à la moyenne nationale, puisque le trajet journalier moyen des Français s’élève à 29 kilomètres tous types de véhicules confondus. Pour cause : les véhicules électrifiés, qu’ils soient 100 % électriques ou PHEV, servent avant tout à effectuer les déplacements du quotidien, notamment domicile-travail. Sachant en plus que, pour 55 % des sondés, leur modèle de VE dépasse les 250 kilomètres d’autonomie, cela s’avère largement suffisant.

La recharge ? Principalement à domicile

Suffisant aussi pour ne pas avoir à recharger son véhicule tous les jours. Ainsi, 64 % des personnes interrogées affirment ne faire leur plein électrique qu’une ou deux fois par semaine. Pour les véhicules hybrides, la tendance à la recharge quotidienne se révèle cependant plus importante puisque 67 % des utilisateurs sondés déclarent se brancher tous les jours.

En ce qui concerne les habitudes de charge, les bornes publiques se trouvent délaissées au profit du domicile, moins contraignant. En témoigne le fait que, même si la plupart des constructeurs proposent une offre de borne de recharge domestique, les utilisateurs se contentent en grande majorité (58 %) d’une prise électrique classique pour recharger leur véhicule. C’est d’ailleurs le cas de 89 % des possesseurs d’hybrides rechargeables et de 40 % des conducteurs de VE. La raison ? « La plupart des utilisateurs ne cherchent pas à bénéficier d’une charge plus rapide à domicile », justifient les auteurs du rapport.

Par conséquent, 70 % des conducteurs du panel n’utilisent jamais ou presque de bornes de recharge publiques et, lorsqu’ils le font, 67 % se rendent sur les parkings de supermarchés. Quant à la recharge en entreprise, elle séduit encore moins puisque seuls 10 % des « électro-automobilistes » admettent recharger leur véhicule sur leur site professionnel. Peut-être en raison d’un déficit d’informations puisque 42 % des répondants ne connaissent pas la puissance de la borne sur laquelle ils se branchent. De même que 60 % ignorent la puissance de recharge du véhicule lui-même !

Pas d’augmentation de l’abonnement électrique constaté

Si ce point semble intéresser si peu de conducteurs, c’est peut-être parce que l’impact de cette recharge sur la consommation du ménage s’avère infime. Pour 87 % des personnes interrogées, leur abonnement électrique n’a en effet pas augmenté, prouvant que la charge d’un véhicule électrifié s’inscrit comme une consommation « naturelle » au sein des foyers.

Bien qu’ayant de nombreux avantages, tant pour l’utilisateur que pour le réseau électrique, le pilotage de la charge reste néanmoins une pratique minoritaire. Il n’y a guère que 37 % de sondés qui indiquent y recourir. Parmi eux, seuls 60 % usent principalement de l’interface de leur véhicule ou d’une application mobile pour privilégier la recharge en heures creuses. Pour autant, il faut saluer que 42 % des personnes faisant appel à un système de pilotage démarrent la recharge entre minuit et 7 h 00 du matin. De plus, la majorité (58 %) des répondants se dit prête à décaler la recharge de son véhicule pour éviter les pics de consommation. L’accent doit donc être mis sur la pédagogie et la simplification d’accès à l’information en vue de promouvoir la possession d’un véhicule électrifié. Car l’envie et la bonne volonté des conducteurs semblent bel et bien là !

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Borne de recharge, Études, Marché France, Véhicule hybride rechargeable, Enedis

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER