« Les gestionnaires doivent anticiper l’entrée en vigueur de la norme WLTP », prévient Frédéric Lopes (Jato Dynamics)

Publié le par

Repoussée d’un an, l’entrée en vigueur des mesures obtenues via la norme d’homologation WLTP devrait être effective au 1er janvier 2020. Cela laisse aux gestionnaires de flotte du temps pour anticiper l’augmentation des émissions de CO2 et les conséquences sur la fiscalité. Entretien avec Frédéric Lopes, country sales manager France de Jato Dynamics.

« Entre NEDC et WLTP, les véhicules vont voir leur taux de CO2 grimper de 35 % en moyenne », prévient Frédéric Lopes.
« Entre NEDC et WLTP, les véhicules vont voir leur taux de CO2 grimper de 35 % en moyenne », prévient Frédéric Lopes.

L’Automobile & L’Entreprise : En l’état actuel, comment se structure le marché en termes d’émissions de CO2 ?
Frédéric Lopes :
Depuis le 1er janvier 2018, nous suivons l’évolution mois par mois de 6 000 véhicules particuliers commercialisés en France. À date, plus de 3 400 VP ont un taux de CO2 supérieur à 117 g/km, futur seuil du malus écologique. Plus de la moitié des véhicules sont donc « malussée » depuis le 1er janvier 2019. Par ailleurs, 30 % des modèles ont vu leur taux de CO2 augmenter sur les onze derniers mois, contre 16 % pour lesquels les mesures ont baissé. Cela s’explique notamment par la volonté des constructeurs d’anticiper les mesures WLTP.

A&E : Une étude menée l’été dernier démontre que 61 % des responsables de parc méconnaissent le cycle WLTP. Qu’induit-il exactement ?
FL :
Il s’agit d’un changement au niveau des tests d’homologation des véhicules pour que les mesures qui en découlent soient au plus près des conditions réelles de conduite. Plusieurs choses ont évolué, mais trois points sont particulièrement importants à retenir. D’abord, les tests se font à une vitesse maximum de 131 km/h contre 120 km/h auparavant, pour une vitesse moyenne de 46 km/h (contre 34 km/h). Ensuite, la distance d’essai est désormais de 23 kilomètres contre 11 kilomètres sous le cycle NEDC. Enfin, la mesure du CO2 prend en compte le poids des équipements et des options. Par exemple, une peinture métallisée peut coûter cher en termes d’émissions.

A&E : Quel est le calendrier d’application ?
FL :
Il diffère d’un pays à l’autre. En France, selon nos dernières informations, les mesures obtenues par l’homologation WLTP entreront en vigueur au 1er janvier 2020. Les taxes, malus écologique et TVS seront revus au même moment. D’autres pays, comme l’Angleterre ou l’Espagne, ont maintenu l’entrée en vigueur au 1er janvier 2019, mais les taxes ne seront pas effectives avant des années. Enfin, un pays est déjà passé à l’acte, il s’agit de la Finlande.

A&E : Combien de véhicules sont homologués WLTP en Europe à ce jour ?
FL :
À peine plus de 60 % des véhicules étaient homologués WLTP en novembre. C’est bien peu. En octobre, ce chiffre était de 57 %.

A&E : Grâce à ces données, est-il possible d’établir des projections sur les conséquences de l’entrée en vigueur de cette norme pour les flottes ?
FL :
Tout à fait ! Nous avons mené une étude en nous appuyant sur 2 800 véhicules en cours de commercialisation en Finlande et identiques à ceux vendus en France. En se basant sur la grille du malus actuellement votée dans le projet de loi de finances 2019 et sur la TVS en vigueur, nous avons projeté la fiscalité de quelques modèles (cf tableau ci-dessous).

Véhicules NEDC CO2 (g/km)NEDC Malus 2019 (€)NEDC TVS 2018 (€)WLTP CO2 (g/km)WLTP Malus 2019 (€)WLTP TVS 2018 (€)Augmentation malus (€)Augmentation TVS (€)
Renault Clio 0.9 TCe 90 Zen 105 0 472,50 134 613 871 613 398,50
Peugeot 3008 BlueHDi 130 EAT8 Allure 108 0 486 145 1740 1885 1740 1399
Peugeot 308 1.6 BlueHDi 100 Access 98 0 196 122 75 793 75 597
Renault Mégane TCe 115 Life 124 113 805 138 953 897 840 91
Citroën C3 Aircross 1.2 PureTech 110 115 0 517,50 145 1740 1885 1740 1367,50
Opel Corsa 1.0 Turbo Enjoy 115 0 517,50 138 953 897 953 379,50
Volkswagen Polo 1.6 TDI SCR Confort 97 0 194 129 300 838,50 300 644,50

A&E : En moyenne, de combien vont augmenter les mesures de CO2 ?
FL :
Il y a deux étapes. Une première augmentation constatée entre le cycle NEDC et NEDC corrélé qui est en moyenne de 9,6 g. Puis une seconde hausse qui interviendra lors du passage au WLTP, qui sera de l’ordre de 25,3 g. Au total, les véhicules homologués WLTP voient leur taux de CO2 grimper de 35 g/km.

A&E : Quels seront les segments les plus touchés ?
FL :
Nous n’avons pas encore ce niveau de détail sous le cycle WLTP. Mais, en mesures NEDC corrélé, l’augmentation du CO2 est en moyenne de 6 à 8 grammes pour les petites citadines ou les petits SUV. Les crossover plus importants peuvent voir leurs données croître de 14 grammes. Le segment du luxe est enfin le plus touché avec une hausse de 18,3 g en moyenne.

A&E : Que reste-t-il comme véhicules en dessous de 117 g/km de CO2 ?
FL :
En Finlande, seuls 4 % des modèles ont un CO2 inférieur à 117 g/km, contre 22,5 % en mesures NEDC. Soit 114 véhicules. Ce sont essentiellement des modèles hybrides et électriques. Précisons qu’il s’agit de versions de base auxquelles aucune option n’a été ajoutée.

A&E : Comment réagissent les constructeurs ?
FL :
Il faut s’attendre à un ajustement des gammes et à la disparition de quelques modèles des catalogues. C’est en tout cas ce qui se passe en Finlande.

A&E : Dans ce contexte, comment anticiper au mieux sa car policy ?
FL :
La meilleure solution serait d’avoir les valeurs WLTP réelles pour chaque véhicule afin d’anticiper toute augmentation de la TVS et du malus écologique. Dans l’attente de ces chiffres, les gestionnaires vont devoir arbitrer entre les versions de base et les finitions dotées de davantage d’options. Pour prévenir et contenir les budgets, ils vont sûrement devoir limiter leur car policy et l’orienter vers de l’équipement utile.

Mots clefs associés à cet article : WLTP, NEDC

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2019

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2019, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2019
COMMANDER