Les entreprises « vélo-friendly » distinguées par un nouveau label

Publié le par

La Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) viennent de créer un label permettant d’identifier les entreprises engagées dans la promotion du vélo. Pour l’obtenir, plusieurs critères contraignants ou volontaires doivent être respectés.

(image d'illustration © AM/A&E)
(image d'illustration © AM/A&E)

La crise sanitaire liée de la pandémie de Covid-19 accélère le développement des mobilités douces, comme le vélo. Un phénomène qui concerne autant les déplacements à titre privé que les déplacements domicile-travail. En langage urbain, une expression consacre même le fait d’enfourcher son vélo pour aller travailler : il s’agit du « vélotaf ». Pour encourager les entreprises à faire la promotion de la petite reine auprès de leurs collaborateurs, la FUB et l’Ademe viennent de créer le label « employeur pro-vélo ».

«  Les employeurs ont un rôle important à jouer afin d’apporter toutes les conditions nécessaires au vélotaf, une pratique dont ils ignorent souvent les bénéfices : salariés plus ponctuels, moins malades, et plus productifs », fait valoir la FUB sur son site internet. « Aussi, les employeurs ne peuvent plus ignorer la progression de cette mobilité vélo. Ils doivent faciliter et accompagner la pratique de leurs salariés », ajoute-t-elle.

Comment obtenir le label « employeur pro-vélo » ?

Pour qu’une entreprise reçoive le label créé par la FUB et l’Ademe, « l’offre de services vélo en entreprise entre en jeu : sensibilisation, formation, stationnements sécurisés, vestiaires, forfait mobilités durables, coaching, services de réparation et marquage, etc. », expliquent les deux organismes. « Le processus de labellisation est en deux étapes. L’employeur candidat complétera dans un premier temps un formulaire d’auto-évaluation puis, dans un second temps, sera audité sur site par une association du réseau FUB et un pair membre d’un club mobilité (expert sur la mobilité vélo)  », est-il précisé. Les employeur répondant à toutes les conditions requises seront labellisés pour une période de trois ans.

Dans un souci de lisibilité et d’harmonisation des pratiques, la Fédération française des usagers de la bicyclette, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (et leurs partenaires Ekodev, Allianz France et Cyclez) ont mis au point un référentiel de labellisation. Celui-ci permet de recenser les bonnes pratiques déjà mises en place au sein de l’entreprise et d’encourager l’employeur à en développer de nouvelles.

De nombreux critères sont pris en compte

Si un certain nombre de points évoqués dans cette grille d’évaluation sont vérifiés, les entreprises candidates obtiennent le label « employeur pro-vélo », qui se décline en trois niveaux : bronze, argent et or. Les structures auditées peuvent ensuite prétendre à la catégorie supérieure dès lors que de nouvelles actions (volontaires et obligatoires) ont été mises en œuvre.

Pour accéder, par exemple, au statut bronze et ainsi devenir un « employeur engagé », six actions obligatoires doivent être remplies : nomination d’un référent mobilité, deux communications par an sur la mobilité vélo, promotion des applications GPS vélo existantes, formation vélo, stationnement conforme et abrité pour les salariés ; une condition également valable pour les visiteurs. Deux actions facultatives, parmi les vingt-six proposées, doivent également être réalisées.

Mots clefs associés à cet article : Vélo, Mobilité durable, Trajets domicile-travail, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER