Les carburants changent de nom le 12 octobre

Publié le par

À compter de ce vendredi 12 octobre, les carburants distribués dans les stations-service de France et plus largement d’Europe voient leurs appellations évoluer. Ce nouvel étiquetage des pompes (et des réservoirs) doit permettre aux conducteurs d’identifier plus facilement le carburant compatible avec leur véhicule.

À compter de ce 12 octobre, un étiquetage harmonisé des carburants fait son apparition en Europe.
À compter de ce 12 octobre, un étiquetage harmonisé des carburants fait son apparition en Europe.

Les automobilistes vont devoir prendre de nouvelles habitudes à la pompe. Fini le plein de super sans-plomb ou de gazole. Les réservoirs se remplissent désormais avec de l’E5, de l’E10, du B7 ou du B10.

Depuis ce vendredi 12 octobre, une directive européenne impose à tous les pays membres de l’Union européenne (plus l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Macédoine, la Serbie, la Suisse et la Turquie) un nouvel étiquetage – harmonisé – des carburants distribués en station-service. Désormais, ceux-ci sont désignés par une combinaison de lettres et de chiffres inscrite dans une forme géométrique.

Exemple des nouvelles appellations des carburants
Exemple des nouvelles appellations des carburants

À noter également qu’à compter de ce jour les véhicules produits reçoivent un autocollant (apposé à l’intérieur de la trappe à carburant) dont le dessin est identique à celui utilisé sur les pompes. « Ces étiquettes vont permettre aux conducteurs de choisir plus facilement le carburant compatible avec leur véhicule », indique l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA).

Comment se repérer ?

En pratique, les essences (sans-plomb 95 et 98, SP95-E10, bioéthanol E85) sont désormais désignées par un rond dans lequel est inscrite la lettre E. Le chiffre suivant correspond à la quantité d’éthanol présent dans le carburant. Le sans-plomb 95 devient ainsi le carburant E5.

Les différents types de gazole sont désignés par un carré, dans lequel est inscrite la lettre B [pour biodiesel, ndlr]. Le chiffre apposé à côté correspondant là encore à la quantité de biocarburant présent dans la pompe. Le gazole « classique » devient ainsi B7 car contenant 7 % de biocarburant. Il cohabite avec le B10, à la teneur en biocarburant plus élevée.

Pour aider les automobilistes à s’y retrouver, les véhicules produits recevront un autocollant (apposé à l’intérieur de la trappe à carburant) dont le dessin est identique à celui utilisé sur les pompes.

La famille des gazoles s’agrandit avec l’apparition d’un carburant désigné par le sigle XTL. Il s’agit d’un « carburant diesel paraffinique fabriqué à partir de matières renouvelables ou fossiles », précise l’ACEA. Dans l’immédiat, peu de pompes devraient le proposer.

Les carburants alternatifs de type gazeux sont représentés par un diamant dans lequel est inscrit leur nom. H2 correspondant à l’hydrogène, GNC au gaz naturel comprimé, GNL au gaz naturel liquéfié et GPL au gaz de pétrole liquéfié.

Mots clefs associés à cet article : Essence, Diesel, GPL, GNV, Bio Diesel, Hydrogène, Carburant, Union européenne, Carburants alternatifs, Biocarburant, GNL

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2018

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2018, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2018
COMMANDER