Le stationnement loin de faire du sur place

Publié le par

À cause du manque de places pour se garer dans l’espace urbain, difficulté à laquelle s’ajoute parfois un prix du stationnement onéreux, le parking semble être un défi, voire un enjeu de mobilité, pour demain. Mais c’est aussi le terrain d’expérimentations innovantes d’un point de vue technique et social.

Faire un créneau est déjà tellement compliqué que la possibilité de se garer doit être facilitée en profondeur. © DR
Faire un créneau est déjà tellement compliqué que la possibilité de se garer doit être facilitée en profondeur. © DR

Qu’ils soient souterrains ou de voirie, publics ou privés, les parkings constituent une problématique dont bon nombre d’acteurs du monde automobile se sont récemment emparés. Il faut dire qu’avec la pérennisation des pistes cyclables la surface allouée aux véhicules tend à se réduire considérablement.

À cette contrainte viennent se greffer des tarifs de stationnement en constante augmentation. Selon une étude Yespark publiée au mois de septembre 2020, ceux-ci ont grimpé de 1,75 % en un an. Paris dresse une facture mensuelle de 118 euros, contre une moyenne nationale de 58 euros. Véritable budget dans le coût de possession d’une voiture, au même type qu’une assurance ou des frais d’entretien, le stationnement figure donc comme un véritable sujet d’avenir. Ou le théâtre de toutes les expériences pour certains constructeurs.

Défi technique, logistique et écologique

Nissan a ainsi testé le parking payé en électricité au Japon tandis que Ford, déjà à l’origine du développement du « Parking Space Guidance », s’est également lancé avec Bosch dans des essais de stationnement en conduite autonome aux États- Unis. Autant de projets enthousiasmants qui confirment que « l’avenir du stationnement passe en premier lieu par le digital » assure Olivier Koch, directeur général France de Park Now. Ce dernier rappelle d’ailleurs qu’« à Paris une transaction sur deux s’effectue par mobile, tendance accentuée par la crise sanitaire ».

Développant un système de paiement dématérialisé, Park Now envisage aussi de guider les automobilistes vers les places disponibles pour éviter l’engorgement et la pollution – un tiers des émissions de CO2 dans les agglomérations étant liées à la recherche d’une place. Pour ce faire, la start-up a équipé des VTC de caméras collectant des informations sur les places disponibles dans la rue, puis avertissant le conducteur-utilisateur de l’outil Find & Park. « Une prédiction du stationnement fiable à 95 %, lancée à Berlin et à Amsterdam début septembre et qui pourrait être déployée en France dans les dix-huit mois », révèle Olivier Koch.

Chez MyCarSpot, le département R&D n’a également pas chômé, puisque l’ouverture des portes de garage avec un smartphone est en pratique au sein de l’école de commerce de Pau depuis la rentrée. Un dispositif qui « amène un service supplémentaire et une image moderne » souligne Stéphane Seigneurin, le fondateur de l’entreprise. Pour autant, il émet quelques réserves sur certaines avancées. « Le temps réel et le guidage ont leurs limites. De plus, ce genre d’infrastructure s’avère très coûteux à installer et s’adresse donc à des sociétés à fort budget. Or, il est important de démocratiser ces systèmes de parking 2.0 », affirme-t-il.

Un enjeu pour les entreprises

Ne pas savoir si l’on va trouver un endroit où se garer étant facteur de tension, proposer un parking participe à l’attractivité d’une entreprise. Les mètres carrés se faisant rares, optimiser l’attribution et le taux d’occupation des places fait figure de nécessité pour celles-ci. « Pour les sociétés qui ont plus d’emplacements qu’elles n’en ont besoin, tels les bailleurs sociaux ou les hôtels, il y a un vrai travail à faire sur la rentabilité de l’espace » expose Henri de la Porte, président de ParkingMap. En revanche, « pour celles qui en sont dépourvues, c’est aux collectivités de mettre à leur disposition des places », estime-t-il. Car « favoriser le stationnement d’employés et adapter les mobilités sera bénéfique à l’attrait de leurs territoires ».

Si le parking a pour fonction première d’accueillir des véhicules, il peut aussi servir à d’autres usages, telle la recharge. À partir de novembre, le projet Bus2Grid mis en place à Londres utilisera par exemple l’énergie consommée par 28 bus électriques stationnés, pour la réinjecter dans le réseau d’alimentation de la capitale britannique. Ce concept d’exploitation se retrouve dans le prototype venu d’Amsterdam, S-Park, à savoir un porte-vélos recyclant l’énergie.

Dans les bureaux, le principe ne s’avère pas aussi poussé, mais il tend à s’amplifier. Stéphane Seigneurin, de MyCarSpot, détaille ainsi une solution permettant de « gérer les flots de VE et d’organiser une rotation des places avec bornes de recharge en anticipant les plages horaires pour que tout le monde y ait accès ». Pour lui, il est aussi urgent de « travailler sur la décomplexification du système de badge d’ouverture et de privilégier la réservation au quotidien, activable par mobile ». Voiture, vélo ou scooter…, cela élargirait en plus les opportunités en matière de modes de déplacement en fonction des envies et de la saisonnalité, sans bloquer de places inutilement.

Gratuité généralisée ? La fausse bonne idée

Pour les professionnels non sédentaires, comme les postiers ou les livreurs, le stationnement est un point encore plus sensible. Pour éviter de se prendre un FPS à chaque arrêt, des solutions agrégeant les transactions sur une plate-forme de gestion de flotte existent afin de pallier l’usage des horodateurs. Certaines villes ont aussi testé la gratuité du parking en voirie. Une fausse bonne idée pour Olivier Koch, de Park Now, puisque cela « empêche la rotation, beaucoup de conducteurs ayant tendance à s’établir sur la durée ».

Cependant, « le stationnement ne va pas disparaître, il va juste devoir se transformer, comme tous les services », veut croire Henri de la Porte, de ParkingMap. Notamment, dit-il, « par la création de parcs-relais et d’un système d’offres multimodales regroupées sur une application unique dédiée ».

Retrouvez cet article dans le n°260 (novembre 2020) de L’Automobile & L’Entreprise.

Mots clefs associés à cet article : Parking, Entreprises, Application, Stationnement , Mobilités

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter