Le plan de la région Ile-de-France pour booster le covoiturage

Publié le par

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et d’Ile-de-France Mobilités (ex-STIF), souhaite inciter financièrement les Franciliens à recourir au covoiturage.

Le plan de la région Ile-de-France pour booster le covoiturage

Les Français sont attachés à leur voiture. Selon plusieurs études, celle-ci est d’ailleurs majoritairement employée pour leurs trajets domicile-travail. Or ce constat agace quelque peu les autorités, qui cherchent à réduire son usage au profit d’autres modes de déplacement.

« Il faut à tout prix mettre fin à l’“ autosolisme ”, » attaque Valérie Pécresse dans les colonnes du Journal du dimanche . « Aujourd’hui, on a 1,1 personne par voiture. Avec 2 personnes, on aura deux fois moins de véhicules sur les routes : donc on supprime les bouchons et on lutte contre la pollution » argumente la présidente de la région Ile-de-France et d’Ile-de-France Mobilités, l’autorité organisatrice des transports sur ce territoire.

Pour parvenir à ce résultat, l’élue entend développer davantage la pratique du covoiturage. Elle détaille à nos confères du JDD le dispositif qu’elle entend déployer pour inciter les Franciliens à faire voiture commune.

S’appuyer sur les plates-formes existantes

Valérie Pécresse propose de rémunérer les conducteurs mettant à disposition des places dans leurs véhicules. Ils pourraient ainsi bénéficier d’une sorte d’indemnité kilométrique oscillant entre 1,50 et 3 euros par trajet effectué (sur la base de « 0,10 euro par kilomètre parcouru et par passager avec un plancher et un plafond, pour des trajets franciliens et hors Paris intra-muros », précise le JDD).

Sur cette base et en covoiturant deux fois par jour, un conducteur pourrait gagner jusqu’à 150 euros par mois. « Cela représente deux ou trois pleins d’essence », abonde la présidente de région.

Côté passagers, la proposition se veut également intéressante puisque les détenteurs d’un forfait Navigo annuel se verraient offrir deux trajets gratuits par jour.

Pour mener à bien ce projet (il sera soumis le 17 avril au vote des membres du conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités), les plates-formes de covoiturage vont être associées à la démarche. Selon le JDD, Karos, Klaxit, IDVroom et BlaBlaLines auraient accepté de participer à l’opération ; ce sont elles qui rémunéreront les conducteurs « grâce aux sommes versées » par l’autorité organisatrice des transports.

Cette mesure, qui pourrait entrer en vigueur le 1er mai prochain, devrait coûter environ 3 millions d’euros par an à la collectivité.

Mots clefs associés à cet article : Covoiturage, Karos, Klaxit, Trajets domicile-travail, Valérie Pécresse, Ile-de-France, IDVroom

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter