Le marché des flottes n’a pas pris l’eau en février

Publié le par

Le marché de l’automobile a beau avoir connu un sévère coup de mou en janvier 2020, il résiste un peu en février. Mais pas autant que celui du véhicule d’entreprise qui, selon l’Arval Mobility Observatory, a progressé de + 9,8 % le mois dernier.

Le bilan du mois de février 2020 rattrape un mois de janvier décevant. © Arval
Le bilan du mois de février 2020 rattrape un mois de janvier décevant. © Arval

Heureusement que les flottes sont là pour redresser la barre ! D’après les statistiques avancées par l’Arval Mobility Observatory lundi 2 mars, le bilan du mois de février 2020 rattrape un mois de janvier décevant. Les immatriculations de VP et VUL en parcs – comprenant les sociétés, les loueurs longue durée et les flottes publiques – s’élèvent en effet à 75 526 unités. Des ventes en augmentation de 9,8 % par rapport à la même période de 2019, « et à nombre de jours ouvrés équivalent », précise l’observatoire.

Les énergies alternatives ont le vent en poupe

En février 2020, les VP comme les VUL ont connu des envolées, plus ou moins importantes. Les premiers ont en effet enregistré une croissance de + 14,51 % (avec 45 397 unités) quand les seconds n’ont accru que de + 3,39 % (pour 30 129 unités). Une tendance haussière qui n’évolue cependant pas dans le même sens si l’on se penche sur les résultats cumulés depuis le début de l’année. Certes, le marché global (intégrant janvier et février 2020) s’affiche dans le vert à +1,41 % avec 136 014 unités VP + VUL. Mais les seules immatriculations de VUL accusent un repli de 3,88 % sur les deux derniers mois.

De même, en termes de typologie de motorisation, toutes les énergies ne suivent pas l’orientation positive des VP. En février, thermiques et carburants alternatifs étaient tous en augmentation. Particulièrement l’électrique et l’hybride, qui ont bondi de respectivement + 90,52 % et + 133,68 %. Quant à leurs parts de marché, elles s’établissent à 3,62 % pour l’électrique et à 6,6 % pour les hybrides. Néanmoins, en cumulant les deux premiers mois de 2020, l’essence et le diesel décrochent, l’un de – 2,93 % et l’autre de – 4,51 %. Pour autant, ces deux-là restent encore majoritaires dans les réservoirs des voitures d’entreprise. Le gasoil représente en effet 70 % de l’énergie en parcs roulant et l’essence 19 %.

Malgré ces petits heurts dans le marché des flottes, il n’empêche qu’en comparaison, le marché automobile national fait pâle figure avec un recul de 6,9 % en février 2020 selon le CCFA. Par conséquent, comme l’an passé, c’est bien grâce au secteur d’entreprise que les constructeurs automobiles peuvent maintenir leur activité à flot.

Mots clefs associés à cet article : Arval, Véhicule utilitaire léger (VUL), Voiture particulière (VP), Flotte, Marché Flottes, Marché France

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter