Le marché automobile français requinqué

Publié le par

Serait-ce la fin progressive de la prime à la casse et la prochaine modification du barème du bonus/malus qui poussent à la consommation ? Tant et si bien que les ventes de véhicules particuliers ont augmenté de 20,1 % en octobre dernier par rapport à octobre 2008, atteignant un total de 210 140 unités. Ce qui nous porte à 1 823 641 immatriculations depuis le début de l’année, soit une hausse de 4,2 %. Nous sommes bien loin des pronostics catastrophiques annoncés fin 2008, alors que la crise aiguisait les angoisses et les pires craintes.
Les constructeurs français profitent à plein de cette embellie puisque leurs ventes ont progressé de 7,2 % pour PSA et de 6,3 % pour Renault depuis janvier. Au sein de ces deux groupes, les marques tirant le plus profit de ce retour des automobilistes dans les concessions sont Dacia (+ 26,9 %), grâce à sa gamme low cost, et Citroën (+ 13,3 %) avec ses success story C5, C4 et C3 Picasso. Parmi les constructeurs étrangers, Hyundai poursuit sa remontée (+ 19,2 %) en compagnie de Ford (+ 9,5 %), Nissan (+ 7,1 %), Fiat (+ 6,2 %), Suzuki (+ 8,8 %) et Seat (+ 6,6 %). Il s’agit dans l’ensemble de marques proposant au catalogue des véhicules peu émetteurs de CO2.
À l’inverse, les constructeurs premium sont dans la zone rouge, notamment BMW (– 15,9 %) et Mercedes (– 6,3 %). Audi est également à deux doigts de la régression avec une baisse de 3,8 % de ses immatriculations en octobre, portant à seulement 1 % sa progression depuis janvier. Les autres grands perdants sont Toyota (– 9,3 %) et Opel (– 6,9 %), malgré un regain de forme en octobre. Enfin, du côté des véhicules utilitaires légers, la dégringolade se poursuit. La baisse en octobre a atteint 22,4 %, dans la lignée des données récoltées depuis le début de l’année (– 22,9 %).

Mots clefs associés à cet article : Marché France

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter