Le label « Green NCAP » s’intéresse (aussi) aux PHEV

Publié le par

Le protocole de notation des voitures selon leur impact écologique vient d’annoncer les cotes de performance environnementale de 25 nouvelles voitures, dont, pour la première fois, des véhicules électriques hybrides rechargeables (PHEV).

Première voiture de la gamme électrique ID de Volkswagen,{{ l'ID.3 remporte ainsi la note maximale de 5 étoiles. © Green NCAP
Première voiture de la gamme électrique ID de Volkswagen,{{ l'ID.3 remporte ainsi la note maximale de 5 étoiles. © Green NCAP

Reconnu pour le sérieux de ses appréciations, l’organisme d’évaluation automobile Euro NCAP a décliné son concept sécuritaire en lançant, en mars 2019, le label Green NCAP. Destiné à comparer les voitures les plus économes en carburant, ce programme effectue des essais prennent en considération des indices comme l’efficacité énergétique ou les rejets de gaz à effet de serre.

Des disparités dans la gamme PHEV

Parmi le panel d’une vingtaine de véhicules « étoilés » par Green NCAP au mois de février 2021 figure, pour la première fois, plusieurs modèles hybrides rechargeables (ou PHEV). Cette technologie s’avère en effet très appréciée des constructeurs comme des conducteurs puisqu’elle leur permet de réduire leur empreinte carbone – et donc de se conformer aux nouvelles législations – mais allie également la propreté d’une motorisation à batterie avec l’autonomie d’une voiture thermique. Cependant, les tests menés par le Green NCAP ont prouvé que, même lorsqu’ils sont chargés de manière optimale, tous les PHEV n’offrent pas des résultats identiques.

En prenant ainsi l’exemple du Kia Niro, du Mitsubishi Outlander et de la Toyota Prius, l’organisme a démontré que les avantages environnementaux étaient loin d’être équivalents selon les marques. Ainsi, la compacte de Toyota et sa quatrième génération ont récolté 4 étoiles grâce à des émissions polluantes maîtrisées et améliorées par le filtre à particules essence équipant de série les voitures actuelles. Le crossover de Kia décroche, lui, 3 ½ étoiles, desservi par son indice de qualité de l’air sous la moyenne (4,9/10). Il se classe toutefois devant l’imposant SUV de Mitsubishi, Outlander (presque 2 tonnes sur la balance), affublé de seulement 2 étoiles, avec des notes oscillant entre 3 et 4 étoiles.

Cela « montre qu’un gros véhicule lourd avec une autonomie limitée est peu susceptible d’offrir un avantage [écologique] par rapport à une voiture conventionnelle. […] Tout dépend de la mise en œuvre et de la stratégie d’hybridation, mais ce qui est vrai pour tous les PHEV, c’est qu’ils doivent être rechargés régulièrement et alimentés autant que possible sur batterie pour atteindre leur potentiel  » souligne le président de l’Euro NCAP, Niels Jacobsen.

L’électrique, une valeur sûre…

La liste des voitures testées comprend également deux modèles « à moteur conventionnel », à savoir la Škoda Octavia Combi 2.0 TDI diesel et la Volkswagen Golf 1.5 TSI essence. En affichant un score de 3½ étoiles, égal à celui de la Toyota Yaris Hybrid, elles enregistrent d’ailleurs les meilleurs résultats obtenus à ce jour par des voitures non électrifiées.

Ce sont toutefois les représentantes 100 % électriques qui recueillent forcément les plus hautes performances en matière de propreté de l’environnement. Première voiture de la gamme électrique ID de Volkswagen, l’ID.3 remporte ainsi la note maximale de 5 étoilesen plus de répondre à tous les critères de sécurité Euro NCAP.

… Bientôt détrôné par l’hydrogène ?

Pour autant, une voiture à pile à combustible peut aussi se targuer d’afficher 5 étoiles au tableau des scores. Le Hyundai Nexo carburant à l’hydrogène s’avère en effet tout aussi propre qu’un BEV et presque aussi économe en énergie. N’émettant que de l’eau et offrant une autonomie « inégalée par tout véhicule 100 % électrique disponible » ce SUV coréen démontre clairement le potentiel de la technologie à hydrogène. Néanmoins, la concurrence envers les VE ne semble pas être pour demain car « les voitures à pile à combustible ne seraient un choix évident pour la plupart des consommateurs que si suffisamment de stations de ravitaillement étaient disponibles », rappelle le Green NCAP.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, CO2, Hydrogène, Véhicule hybride rechargeable, Environnement, Green NCAP

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter