Le groupe PSA s’impose comme le constructeur européen le plus « propre »

Publié le par

Selon les données dévoilées par Jato Dynamic en matière de rejet de CO2 des constructeurs automobiles de l’UE, PSA apparaît comme le groupe le moins émetteur en 2020 en passant sous la barre des 100 g/km.

PSA s’inscrit comme le seul constructeur à passer sous la barre moyenne des 100 g de CO2/km. © European Union
PSA s’inscrit comme le seul constructeur à passer sous la barre moyenne des 100 g de CO2/km. © European Union

Pour les marques automobiles européennes, cette année était spéciale à bien des égards. Outre les perturbations du marché induites par la crise sanitaire du Covid-19, les constructeurs ont également dû relever le défi des objectifs de CO2 avancés par la Commission européenne. La législation de Bruxelles stipule en effet que, pour chaque gramme dépassant le seuil imposé de 95 g/km, les groupes incriminés devront s’acquitter d’une amende de 95 euros par voiture immatriculée. Une politique radicale et le spectre d’une addition salée qui ont poussé de nombreuses marques à cesser la commercialisation de certains modèles trop gourmands. Mais également à accélérer leurs plans d’électrification.

Les immatriculations de voitures à faibles émissions (100% électrique, hybride rechargeable et à pile à combustible) ont ainsi augmenté de 113% jusqu’en octobre pour atteindre 875 000 unités livrées sur les 22 marchés européens en 2020 contre 411 700 unités en 2019. La part de marché de ces véhicules est donc passée de 3,2% à 9,3% en un an seulement. Une progression qui coïncide avec la baisse à deux chiffres de la demande observée pour les voitures à essence et diesel. Qui, en janvier-octobre 2020, continuent d’afficher des moyennes supérieures à 100 g de CO2/km.

PSA enregistre les plus faibles émissions

Et dans cette course à la réduction des émissions de CO2, c’est l’entité tricolore PSA, qui réunit Citroën, DS, Opel, Peugeot et Vauxhall, qui rafle la première place. Selon Jato, entre janvier et octobre 2020, le groupe PSA a atteint des émissions pondérées en fonction de ses ventes équivalant à 97,9 g/km. Si l’utilisation des supercrédits – système incitant à commercialiser des véhicules à faibles émissions, en particulier ceux qui émettent moins de 50 g de CO2/km, en les faisant compter double lors du calcul des niveaux d’émission moyens d’un constructeur – est alors prise en considération, ce chiffre tombe à 91,9 g/km.

Quel que soit le cas de figure, PSA s’inscrit comme le seul constructeur à passer sous la barre moyenne des 100 g de CO2/km puisque son challenger, le groupe Toyota (Lexus, Toyota, Mazda), s’établit à 100,6 g de CO2/km. La troisième marche du podium, elle est occupée par l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi (qui intègre aussi Alpine, Dacia, Infiniti, et Lada) avec 105,5 g de CO2/km. Bien que BMW ait été élue marque automobile la plus durable au monde, le groupe allemand (qui rassemble également Mini et Rolls-Royce) se place en neuvième position sur onze avec 115,7 g de CO2/km. Il devance le groupe Daimler (Mercedes, Smart) avec 122,6 g de CO2/km, loin devant la lanterne rouge Tata Motors (Jaguar, Land Rover, Tata) dont les modèles au physique imposant font exploser sa moyenne à 160 g de CO2/km.

Mots clefs associés à cet article : Toyota, CO2, Marché Europe, PSA, Environnement, Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter