Le déconfinement a bien profité aux deux-roues

Publié le par

Selon les données de AAA, les immatriculations de deux-roues ont connu des augmentations à deux chiffres au mois de juin 2020 par rapport à la même période en 2019 !

Déjouant les clichés, les 40 ans et plus représentent environ un propriétaire sur deux. © Markus Winkler / Unsplash
Déjouant les clichés, les 40 ans et plus représentent environ un propriétaire sur deux. © Markus Winkler / Unsplash

Si la voiture a regagné quelques points de popularité et que le vélo s’est plus que jamais imposé dans l’espace public (tous deux boostés par un effet « covid »), les scooters, motos et autres engins motorisés légers ont également bénéficié de cette crise sanitaire qui a poussé de nombreux usagers à délaisser les transports en commun. Ainsi, d’après les observations du spécialiste de la donnée augmentée AAA, ces modes de déplacement ont enregistré des ventes record. En juin 2020, 40 740 deux-roues neufs ont été mis à la route, soit une hausse de 38 % comparé à 2019. La croissance avoisine même les + 50% pour l’occasion, secteur deux fois plus plébiscité par les conducteurs, avec 107 534 immatriculations de deux-roues de seconde main.

Cet engouement pour ces véhicules aussi pratiques que simples d’accès doit beaucoup au retour en grâce des mobilités individuelles donc, mais pas seulement. Pour relancer l’activité économique du secteur et faire revenir les clients, les concessionnaires n’ont pas hésité à casser les prix voire à pratiquer des incitations financières telles que des offres commerciales, des crédits à taux zéro ou des permis à prix cassé. Un encouragement sonnant et trébuchant qui risque néanmoins de s’avérer ponctuel...

Un plaisir « mature »

Contre toute attente, les deux-roues ne forment pas que la jeunesse. Les 40 ans et plus représentent environ un propriétaire sur deux, sur le marché du neuf comme de l’occasion – dans le détail, 19 325 achats neufs et 53 203 d’occasion. Les 18 à 39 ans arrivent ensuite, figurant quant à eux 38% des propriétaires de deux-roues neufs (soit 13 263 immatriculations) et 46% des propriétaires d’occasion (soit 48 356 immatriculations). Mineurs et minoritaires, les moins de 18 ans tendent cependant de plus en plus, eux aussi, à enfourcher une « bécane ». Avec une nuance toutefois par rapport à leurs aînés : le neuf supplante l’occasion en termes de progression puisque le premier enregistre + 61% contre 39% pour le second. Sûrement une conséquence de l’influence parentale, préférant un produit sortie d’usine pour la sécurité de leur progéniture.

Les particuliers préfèrent les scooters électriques

S’inscrivant dans la tendance actuelle du « zéro émission », les cyclomoteurs et petites cylindrées électriques n’en finissent pas de séduire, principalement les particuliers. Selon AAA, les immatriculations de ces engins « branchés » marquent ainsi des envolées de 89% dans le neuf et de 62% dans l’occasion. Il faut dire que les chiffres partaient de très bas puisqu’en juin 2019, il ne s’en était vendu que 242 sur le marché du neuf et 86 d’occasion. Un an et des réglementations en matière de rejet de CO2 durcies après, ces chiffres ont grimpé à respectivement 458 et 139 immatriculations. Un regain qui, là encore, doit beaucoup aux coups de pouce pécuniaires des forfaits mobilités et autres LOM.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, CO2, Marché France, Deux et trois roues, Mobilités, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter