Le Peugeot e-Partner fait son entrée sur le marché des VUL électrifiés

Publié le par

Quelques jours après les Citroën ë-Berlingo Van et Opel Combo-e Cargo, Peugeot vient de présenter son e-Partner. Futur compagnon silencieux des professionnels évoluant régulièrement en centre ville.

Le Partner succombe lui aussi aux charmes de la féé électricité. © Peugeot
Le Partner succombe lui aussi aux charmes de la féé électricité. © Peugeot

Voici la dernière brique de la gamme d’utilitaires “zéro émission” du Lion. Après les Peugeot e-Expert et Boxer Electric, l’offre s’enrichit du e-Partner. Clone technique en thermique comme en 100 % électrique des Citroën Berlingo Van et Opel Combo Cargo, la fourgonnette embarque sans surprise le même ensemble chaîne de traction / batteries que ses cousins - et d’autres modèles - du Groupe PSA.

En l’espèce, cette deuxième génération de Partner électrifié est doté d’un moteur de 100 kW (136 ch) pour 260 Nm de couple et d’une batterie lithium-ion de 50 kWh lui assurant une autonomie maximale de 275 km, selon le cycle WLTP (une valeur encore en cours d’homologation).

Trois modes de conduite sont proposés : Eco (60 kW, 190 Nm de couple) pour optimiser l’autonomie du véhicule. Normal (80 kW, 210 Nm) pour un usage au quotidien et Power (100 kW, 260 Nm), utile lors de transport de fortes charges.

Proposé en deux versions : Standard (4,4 mètres pour 3,8 m3 de volume utile) et Long (4,75 mètres, trois places et 4,4 m3 de volume utile), le Peugeot e-Partner sera livré de série avec un chargeur monophasé de 7,4 kW et, en option, avec un chargeur triphasé de 11 kW. Depuis une prise standard, la charge complète du véhicule nécessite 31 heures, selon le constructeur. Avec une installation de type Wallbox, ce temps est réduit à 7h30 ou 5 heures. Enfin depuis un chargeur rapide, 30 minutes suffisent à récupérer 80 % d’autonomie.

Petite nouveauté, en se convertissant à l’électricité, le Peugeot Partner gagne un i-Cockpit numérique, c’est-à-dire une dalle de 10 pouces en lieu et place de l’instrumentation de bord, comme cela est désormais l’habitude sur d’autres modèles de la marque. Les réfractaires à ce bond technologique sur le segment des fourgonnettes auront la possibilité de conserver une instrumentation analogique. Enfin l’offre est repensée autour des finitions Pro, Premium, Asphalt et Grip.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule utilitaire léger (VUL), Véhicule électrique, électricité

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER