Le CNPA se place en interface opérationnelle du plan de relance

Publié le par

Selon l’enquête menée par le CNPA, les chefs d’entreprise du secteur automobile ont le moral en berne malgré les aides mises en place par le gouvernement.

 Les professionnels souhaitent un prolongement des aides sur l’ensemble de l’année 2021. © Clotilde Gaillard
Les professionnels souhaitent un prolongement des aides sur l’ensemble de l’année 2021. © Clotilde Gaillard

Lors d’une conférence en ligne ce jour, mercredi 17 février, Francis Bartholomé et Xavier Horent, respectivement président et délégué général du CNPA, ont fait un point de situation du secteur des services de l’automobile et évoqué les résultats de l’enquête menée par le CNPA sur le moral des chefs d’entreprise et des actions menées dans le cadre du plan de relance. Dans un contexte sanitaire compliqué, la Semaine des services de l’automobile et des mobilités a connu un grand succès pour la formation des jeunes dans la filière automobile.

Une perte de fréquentation liée au couvre-feu

Au cours de cette conférence, le CNPA a rappelé que la baisse était générale pour l’ensemble des métiers par rapport à la même période l’année dernière. Des difficultés qui s’expliquent en partie par le couvre-feu en vigueur depuis le mois de décembre, aussi bien sur la partie commerciale qu’au niveau de la réparation qui affiche un repli de 15 % sur cette période.

L’impact du couvre-feu est encore plus fort du côté des concessionnaires. En effet, la baisse de fréquentation dans les points de vente est de l’ordre de 50 %. « Nous demandons au gouvernement de revoir dès que possible cette mesure de couvre-feu afin qu’elle soit revue et adaptée », a souligné Francis Bartholomé.

Baisse de moral des chefs d’entreprise

Selon l’enquête menée par le CNPA, après presqu’une année de crise sanitaire, le moral des chefs d’entreprise est en baisse en ce début d’année 2021. 19,5 % des entreprises des services automobiles ont dû se séparer de collaborateurs en 2020. Seuls 7 % des répondants à l’enquête ont continué à embaucher en 2020. En revanche, les chiffres de l’apprentissage sont réconfortants pour répondre à la reprise d’activité. Il convient de souligner que 73 % des salariés du secteur sont inquiets et ont besoin d’être rassurés. IRP-Auto a déployé à ce titre un dispositif d’accompagnement qui permet un soutien moral et psychologique aux salariés et aux chefs d’entreprise. Les professionnels souhaitent un prolongement des aides sur l’ensemble de l’année 2021. « Leur inquiétude reste l’absence de perspectives pour leur avenir au niveau de l’ensemble de ces aides ». 30 % des entreprises ont bénéficié du PGE, mais 30 % d’entre elles n’ont aucune visibilité sur leurs possibilités de rembourser.

Un plan de relance perçu comme inadapté à la filière aval

Le plan de relance du gouvernement, initié en juin dernier, a bien fonctionné dans le secteur automobile. Le CNPA a réuni l’ensemble de ses métiers pour une phase d’étude concernant, par exemple, l’environnement, le social et la santé au travail. « Notre idée est de porter environ 65 projets pour l’ensemble de nos métiers vers les ministères concernés. Nos adhérents ne perçoivent pas concrètement ce qu’est ce plan de relance gouvernemental », a rappelé le président du CNPA.

Le développement des bornes électriques est également un sujet qui engage l’avenir pour l’ensemble des professionnels du secteur. «  Ce plan a été conçu à ce stade de manière trop verticale et se prive de ce fait d’un appui opérationnel central s’agissant de la traduction concrète des grands enjeux tels que les transitions écologiques et numériques », explique Xavier Horent, délégué général du CNPA.

Mots clefs associés à cet article : CNPA, Entreprises, Économie, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER