La qualité des bornes de recharge en France questionnée par l’Afirev

Publié le par

L’observatoire de l’Association française pour l’itinérance de la recharge électrique des véhicules (Afirev) vient de publier une étude évaluant les capacités et le fonctionnement du réseau national de recharge. Le bilan se révèle mitigé, surtout en ce qui concerne la résolution des pannes.

Malgré tous les déboires pouvant être rencontrés, 96 % des propriétaires de VE admettent être conquis par l’expérience de conduite d’une voiture électrique. © Shutterstock
Malgré tous les déboires pouvant être rencontrés, 96 % des propriétaires de VE admettent être conquis par l’expérience de conduite d’une voiture électrique. © Shutterstock

Bien qu’ayant ralenti sur le mois de janvier 2021, la vente de véhicules électriques en France n’a jamais été aussi forte. Sur ce marché en plein essor, porté par les incitations financières et les réglementations environnementales de plus en plus strictes, un frein demeure cependant : l’infrastructure de recharge. Alors que l’Hexagone stagne en termes de déploiement du nombre de points où se brancher – environ 30 000 ouverts au public sur les 100 000 à réaliser d’ici à la fin 2021 –, les conducteurs de VE pointent du doigt le manque de bornes de recharge, en particulier rapide. Or, « il est essentiel que la qualité du service des bornes de recharge accessibles au public soit irréprochable. C’est une condition sine qua non pour une adoption massive des véhicules électriques », fait remarquer l’Afirev.

Défaut de charge pour 83 % des usagers

Pour établir une enquête la plus exhaustive possible, l’observatoire de l’Association française pour l’itinérance de la recharge électrique des véhicules a analysé 22 700 points de recharge ouverts au public, mais également 600 000 sessions de charge et sondé 500 conducteurs de véhicules électriques. De même, plusieurs sujets tels que la recharge complète, l’expérience lors de la recharge ou le service client ont été pris en compte afin d’avoir une vision globale de la situation. Il en ressort qu’entre mai et octobre 2020, 76 % des points de charge se sont avérés disponibles 99 % du temps. Néanmoins, près de 9 % ont été indisponibles plus de sept jours consécutifs. Un désagrément sans doute dû à une détérioration du réseau au cours de l’été, avec une fréquentation accrue des vacanciers, puisque ce taux d’indisponibilité était redescendu à 7,5 % en octobre.

Ainsi, si 75 % des charges « normales » et 90 % des charges rapides ont abouti sans échec – les meilleurs taux de réussite étant enregistrés en l’Île-de-France (87,9 %) et en Occitanie (82,5 %) –, un plein électrique sur quatre s’est soldé par un défaut de charge ! D’ailleurs, 83 % des utilisateurs de véhicules rechargeables y ont été confrontés au cours des six derniers mois et 85 % des propriétaires de VE ont dû faire face à une borne en panne. Une véritable problématique puisque ne pas pouvoir se recharger signifie souvent ne pas pouvoir poursuivre son trajet sereinement. La météo pourrait expliquer ce genre de déboires, 31 % des répondants soulevant un manque de protection des bornes contre les intempéries. À noter que c’est la région Nouvelle-Aquitaine qui compte le plus fort taux de sollicitation d’assistance téléphonique avec une part s’élevant à 8,5 %.

Plus de neuf sondés sur dix s’accommodent du contexte actuel

Malgré les défaillances, comprenant des difficultés de connexion, des arrêts soudains de charge ou des câbles bloqués, 80 % des usagers se disent satisfaits de la facilité et de la simplicité de fonctionnement des bornes de recharge déployées en France. Ils sont même 85 % lorsqu’il s’agit d’une recharge sur les parkings publics. Le ratio tombe à 77 % pour les bornes de recharge en voirie, plus accessibles mais aussi potentiellement soumises à plus de dégradations.

Quoi qu’il en soit, 96 % des propriétaires de VE admettent être conquis par l’expérience de conduite d’une voiture électrique et n’envisagent donc pas de retour en arrière. La grande majorité d’entre eux se déclare également comblée par l’application mobile utilisée pour planifier leur trajet en fonction des bornes de recharge électrique disponibles en ville ou sur autoroutes – Chargemap, Google Maps, etc.

Quelles améliorations à prévoir ?

Dressant un bilan perfectible, l’Afirev souligne ainsi l’importance « d’arriver très rapidement à accroître le taux de disponibilité de l’intégralité du réseau de recharge […] mais également, le taux de réussite de chaque recharge ». De même, « les propriétaires de véhicules électriques demandent une meilleure information et un accompagnement lors des sessions de recharge », avance l’organisme. Autant de solutions qui ne sauront être apportées que par l’action conjointe de tous les acteurs de la mobilité électrique, opérateurs de mobilité, installateurs, entreprises, collectivités ou encore pouvoirs publics. La mise en place du nouveau programme Advenir, le système de bonus écologique, mais aussi le droit à la prise récemment élargi constitue des pistes garantissant le déploiement de solutions de recharge de qualité. Mais à quelle échéance, telle est la vraie question ?

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Borne de recharge, Electromobilité, Études

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter