La flotte du Parlement européen teste la Toyota Mirai

Publié le par

Toyota vient de mettre à disposition de la flotte automobile du Parlement européeen une Mirai, sa grande berline carburant à l’hydrogène.

Les députés européens peuvent désormais effectuer leurs déplacements en véhicule fuel-cell. (© Toyota)
Les députés européens peuvent désormais effectuer leurs déplacements en véhicule fuel-cell. (© Toyota)

Encore peu répandus, les véhicules à hydrogène cherchent à se faire une place dans le parc roulant européen. Pour beaucoup de constructeurs, l’idée est de pénétrer en premier les parcs des entreprises et des administrations avant de conquérir les particuliers.

Pour prouver les qualités de ces véhicules électriques de grande autonomie car alimentés en énergie par une pile à combustible à hydrogène, le constructeur japonais Toyota vient de mettre à disposition de la flotte du Parlement européen - pour une durée limitée [depuis le 2 mars et jusqu’au 16 mars, ndlr] - un exemplaire de sa berline Mirai.

« Les eurodéputés [...] qui parcourent régulièrement de longues distances, ont ainsi l’occasion de l’essayer en se faisant conduire dans la région de Bruxelles, ainsi qu’entre Bruxelles et Strasbourg », fait savoir le constructeur. « Le plein de la Toyota Mirai peut se faire à la station Air Liquide construite sur le site du Centre technique Toyota de Zaventem (Belgique) et, lors des voyages à Strasbourg, dans les stations du réseau H2 Mobility Germany » est-il encore précisé.

Pour mémoire, la Toyota Mirai, introduite en Europe en 2015, est équipée d’un moteur de 150 chevaux. Elle dispose d’une autonomie de 500 kilomètres et, comme tous les véhicules à hydrogène, ne rejette que de la vapeur d’eau.

Mots clefs associés à cet article : Toyota, Hydrogène, Berline tri-corps, Mobilité hydrogène

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter