La flotte de GRTgaz s’accroît de 48 Seat Leon au gaz naturel

Publié le par

Le gestionnaire de réseau de transport de gaz français poursuit la conversion de ses véhicules de service au GNV. L’intégration de 48 Seat Leon TGI au sein de son parc porte le nombre de modèles « propres » à 185 sur presque 1 200 voitures.

Disposant d’une capacité de 17,7 kg de gaz garantissant une autonomie de 480 kilomètres, ces berlines compactes et vertes arrivent progressivement sur les divers sites de la société. © GRTgaz
Disposant d’une capacité de 17,7 kg de gaz garantissant une autonomie de 480 kilomètres, ces berlines compactes et vertes arrivent progressivement sur les divers sites de la société. © GRTgaz

GRTgaz vient d’établir un record. En réceptionnant 48 Seat Leon TGI fonctionnant au gaz naturel véhicule, l’entreprise réalise en effet l’une des plus importantes commandes de VUL carburant au GNV/bioGNV passées en France auprès de la marque espagnole. Disposant d’une capacité de 17,7 kg de gaz garantissant une autonomie de 480 kilomètres, ces berlines compactes et vertes seront réparties sur les sites techniques et tertiaires de la société. Et ce, à travers toute la France. Avec cette acquisition, GRTgaz tient ainsi ses engagements de verdissement pris en 2015. Sa flotte de 1 186 véhicules comprend en effet désormais 185 modèles GNV, dont la part s’élève à environ 15 % du parc total.

Une usine à gaz qui veut montrer l’exemple

Mais le gestionnaire de réseau de transport de gaz français ne compte pas s’arrêter là ! Le groupe s’est donné pour objectif de renouveler tous les véhicules éligibles de sa flotte par des versions carburant au gaz d’ici à 2020. À en croire les prévisions, ce seront donc 235 véhicules qui circuleront au GNV en décembre prochain. Il faut dire que, pour GRTgaz, investir dans une matière première qui constitue sa principale ressource financière n’a rien d’anodin. Les calculs se doivent donc d’être exemplaires. Et ils le sont puisqu’en 2018 la part de bioGNV dans la consommation de gaz carburant de l’entreprise était de 10 %. De quoi éviter l’émission de 45 tonnes de CO2. Pour Valérie Slawek, responsable du département véhicules de GRTgaz, il s’agit d’un « véritable engagement stratégique », dont la réussite « tient à la mobilisation de tous les acteurs du secteur : gestionnaires de flotte, constructeurs, avitailleurs et pouvoirs publics ».

D’ailleurs, en parlant des constructeurs, si GRTgaz a privilégié Seat pour se fournir en voitures « propres », c’est parce que la marque fait figure de pionnière. La firme ibérique a en effet développé et élargi la technologie du GNV à un large choix de véhicules de sa gamme, à l’image des Mii Ecofuel, Ibiza TGI, Arona TGI et… Leon TGI. Celle-ci n’utilise l’essence comme carburant alternatif que lorsque ses réservoirs de GNV sont vides, entamant alors un passage automatique à l’essence qui lui confère une autonomie supplémentaire de 140 kilomètres. Autant d’avantages durables qui ont séduit GRTgaz dans sa volonté de réduction de dépendance aux produits pétroliers.

Mots clefs associés à cet article : GNV, Flotte, Mobilité durable

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter