La filière GPL milite pour une réforme du bonus écologique

Publié le par

À défaut d’une politique cohérente à son égard, le GPL peine à s’imposer comme un carburant qui compte dans le paysage automobile français. Au top de leur forme l’an dernier, les ventes de véhicules GPL se sont effondrées de 80 % en 2011 après la suppression du bonus écologique de 2 000 euros fin 2010. Afin de sauver une filière au bord de la déprime, le Comité français du butane et propane (CFBP) interpelle les pouvoirs publics avec un projet de réforme du bonus/malus automobile destiné à favoriser les carburants alternatifs tels que le GPL. L’organisme propose tout simplement de supprimer les bonus existants pour les véhicules fonctionnant exclusivement à l’essence ou au diesel. En lieu et place, l’idée d’un bonus de 400 euros réservé aux véhicules à carburants alternatifs (GNV, GPL, E85, électrique et hybride) émettant moins de 130 g/km de CO2 et valable jusqu’en 2015 est soumise. Le CFBP plaide par ailleurs pour le maintien du super bonus de 5 000 euros pour les véhicules émettant moins de 50 g/km et du malus s’appliquant à tous les véhicules émettant plus de 140 g/km.

Mots clefs associés à cet article : GPL

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter