La circulation inter-files des deux-roues (à nouveau) permise

Publié le par

Depuis le 2 août, les deux-roues motorisés ont la possibilité de se faufiler entre les voies de circulation en cas de forts ralentissements. Une pratique autorisée - à titre d’expérimentation et pour une durée de trois ans - sous certains conditions sur les axes de 21 départements seulement.

(image d'illustration © European Union)
(image d'illustration © European Union)

La circulation inter-files des deux-roues motorisés fait officiellement son grand retour... à titre d’expérimentation. Rappelant que « la circulation inter-files n’est pas autorisée par le Code de la route, mais souvent pratiquée », la Sécurité routière fait savoir que « l’expérimentation [débutée lundi 2 août, ndlr] va permettre d’étudier les conditions dans lesquelles cette pratique pourrait être autorisée, sécurisée et enseignée ». Pour mémoire, la circulation inter-files - comme son nom l’indique - consiste pour les motards à s’affranchir de leur voie de circulation en cas de ralentissement pour évoluer latéralement entre les automobilistes.

Depuis début août, les conducteurs de deux ou trois-roues motorisés uniquement (pas de tricycles à voie large, de side-cars et ou de quads) ont donc la possibilité de circuler « entre les files de véhicules à l’arrêt ou roulant à vitesse réduite, lorsque la circulation est dense et qu’elle s’établit en files ininterrompues sur toutes les voie et lorsque l’espace entre les véhicules est suffisant pour passer », est-il précisé.

Quels territoires sont concernés ?

Attention toutefois, cette autorisation ne s’applique pas sur l’ensemble du territoire national (où la pratique constitue une infraction sanctionnée d’une amende de 135 euros et d’un retrait de 3 points) et est soumise au respect de certaines conditions.

Carte des département où la CIF est permise. © Sécurité routière
Carte des département où la CIF est permise. © Sécurité routière

En effet, seuls vingt-et-un départements ont été retenus dans le cadre de cette expérimentation. Il s’agit des huit départements d’Ile-de-France mais aussi des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, de la Drôme, de la Gironde, de la Haute-Garonne, de l’Hérault, de l’Isère, de la Loire-Atlantique, du Nord, des Pyrénées-Orientales, du Rhône, de Vaucluse, du Var.

Quelles sont les règles à respecter ?

Dans un communiqué, la Sécurité routière précise que la pratique de l’inter-files est autorisée « sur les autoroutes et les routes à 2x2 voies séparées par un terre-plein central où la vitesse maximale autorisée est supérieure ou égale à 70 km/h ». En outre, les conducteurs de deux-roues motorisés ne doivent pas dépasser la vitesse maximale de 50 km/h tout en maintenant « un différentiel de 30 km/h * par rapport aux autres véhicules ». Ils ont par ailleurs l’obligation d’avertir les autres conducteurs de leur intention.

À noter enfin qu’il est interdit de : « forcer le passage, ou tenter de passer si l’espace entre les véhicules n’est pas clairement suffisant, de Dépasser un autre deux-roues ou trois-roues motorisé circulant devant soi, en inter-files et de s’engager en circulation inter-files lorsque la voie est en travaux ou couverte de neige ou de verglas ». Étant entendu que dès lors que la circulation se fluidifie, les usagers doivent regagner l’une des voies de circulation matérialisées.

À quelle vitesse circuler ?

La notion du maintien d’un « différentiel de 30 km/h » par rapport aux autres véhicules pouvant être floue, la Sécurité routière précise dans un communiqué que la vitesse des motards en inter-files est plafonnée de la manière suivante :

  • à 30 km/h si la circulation est à l’arrêt
  • à 40 km/h si les automobilistes roulent à 10 km/h
  • à 50 km/h dès lors que la vitesse des véhicules se situe entre 20 km/h et 50 km/h

Mots clefs associés à cet article : Deux et trois roues, Sécurité routière , Scooter

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter