La Volkswagen ID.3 n’arrivera finalement qu’en septembre

Publié le par

Alors que la compacte électrique du constructeur allemand devait débarquer au printemps, son lancement a été repoussé à début septembre. Un retard qui s’accompagne d’une autre déception : deux fonctionnalités proposées ne le seront en effet plus sur la version initiale.

Les soucis ne cessent de s’amonceler au-dessus du capot de cette compacte pourtant prometteuse. © Volkswagen
Les soucis ne cessent de s’amonceler au-dessus du capot de cette compacte pourtant prometteuse. © Volkswagen

Introduite à l’occasion du salon automobile de Francfort 2019, l’ID.3 se fait désirer. Si Volkswagen avait annoncé une mise sur le marché de son premier véhicule électrique nouvelle génération au printemps, la firme d’outre-Rhin a rétropédalé en avançant un nouveau calendrier pour les 30 000 premiers exemplaires pré-réservés. Baptisés ID.3 1st et proposés à moins de 40 000 € (hors bonus écologique de 7000 €) pour la version de base, ses commandes seront donc validées en ligne le 17 juin prochain pour des livraisons prévues à partir de l’été 2020.

Modèles incomplets

Outre ce délai de réception allongé, les premiers clients de l’ID.3 vont également devoir composer avec une autre mauvaise nouvelle. Alors que cette électrique tant attendue devait être dotée de toutes les fonctionnalités, parmi lesquelles un système de navigation, la recharge rapide ou la commande vocale dans l’habitacle, deux d’entre elles manqueront cependant à l’appel. L’App Connect, qui permet d’utiliser Android Auto et Apple CarPlay, ainsi que l’option d’affichage tête haute prévenant de la distance qui sépare le véhicule de celui qui le précède n’auront en effet pas eu le temps d’être activés.

Pour profiter de l’intégration de ses deux équipements intégrés, les clients des 30 000 premières ID.3 1st pourront toutefois choisir d’être livrés au quatrième trimestre 2020. Pour les autres, Volkswagen entend se faire pardonner de cette remise des clés tardive et incomplète en offrant à ses clients patients et indulgents une adhésion au Mover Club. Ce service comprend divers avantages, notamment un contact direct avec la marque pour faire transiter les demandes, commentaires et retours d’expériences clients. Ainsi qu’une mise à jour logicielle « pour deux fonctions digitales supplémentaires début 2021 », assure le constructeur allemand.

Accumulation de problèmes

Alors que l’ID.3 symbolise le virage pris vers la mobilité électrique par Volkswagen pour faire oublier le Dieselgate, les soucis ne cessent de s’amonceler au-dessus du capot de cette compacte pourtant prometteuse. Ces derniers mois ont effet été emprunts d’incertitudes pour le constructeur et l’un des ses modèles pionniers du zéro émission au sein du groupe, les ingénieurs rencontrant notamment des problèmes de logiciel embarqué persistants au cours de la production. Fin février dernier, ils relevaient même près de 300 anomalies par jour lors des tests effectués. Pas étonnant donc qu’en si peu de temps et avec l’impact du confinement, ces complications informatiques aient pu être réglées à l’heure. Espérons que ces désagréments électroniques ne transformeront pas l’engageante électrique en échec commercial.

>> À lire aussi : Volkswagen change de patron

À noter qu’en plus de la version Basic, l’ID.3 1st est proposé en deux autres finitions. L’ID.3 1st Plus fait office de milieu de gamme, s’établissant à un prix inférieur à 46 000 €, tandis que la version premium, nommée ID.3 1st Max, sera disponible à moins de 50 000 € et propulsée par une batterie de 58 kWh contre une plus petite de 45 kWh sur la version de classique. Le tout pour une autonomie toujours comprise entre 330 et 550 kilomètres WLTP.

Mots clefs associés à cet article : Volkswagen, Citadine, Véhicule électrique

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter