La Toyota Aygo sera bien remplacée

Publié le par

Le constructeur japonais Toyota a annoncé son maintien sur le segment A et mise sur la plateforme GA-B, déjà utilisée sur les Yaris et Yaris Cross, pour développer son futur modèle d’entrée de gamme.

(image d'illustration © Antonin Moriscot / A&E)
(image d'illustration © Antonin Moriscot / A&E)

À l’heure où plusieurs constructeurs désertent le segment A (Renault, Seat, Skoda, ...) Toyota a annoncé son maintien sur ce segment des minicitadines en Europe. Une catégorie de voitures dont la rentabilité pour les marques est difficile à obtenir. De son côté, le constructeur japonais entend s’appuyer sur sa plateforme GA-B - déjà utilisée sur la citadine Yaris et le futur SUV citadin Yaris Cross - pour concevoir la remplaçante de l’actuelle Aygo. Un véhicule qui représentera le point d’entrée dans la gamme Toyota et sans doute un outil de conquête de nouveaux clients.

>> À LIRE AUSSI : [Infographie] Segment A : les minicitadines n’ont pas dit leur dernier mot !

L’arrivée de ce nouveau véhicule devrait donc faire passer la production annuelle de modèles basés sur la plateforme GA-B à 500 000 unités. Un volume important, basé sur le succès commercial actuel de la nouvelle Yaris - désignée « Voiture de l’année 2021 » - et le lancement prochain de sa version SUV Yaris Cross, et de l’arrivée de ce futur modèle du segment A. « Le partage d’un grand nombre de composants avec la Yaris et la Yaris Cross ainsi que l’augmentation du volume de production de la plateforme GA-B permettront des économies d’échelle significatives », souligne le constructeur.

Pas d’électrification programmée

Le recours à la plateforme GA-B devrait offrir à cette future citadine des prestations globales intéressantes. Pour contenir son tarif et répondre à la demande de nombreux acquéreurs sur ce segment, le véhicule sera équipé d’une motorisation thermique : la marque mettant en avant des prévisions de marché favorables au thermique sur ce segment jusqu’en 2030. Toyota ne donne cependant aucune date de présentation pour cette future midi-citadine, qui succèdera à la deuxième génération d’Aygo, actuellement développée en partenariat avec PSA.

Pour la première fois depuis 2005 et l’introduction de son premier modèle sur le segment A, le constructeur japonais assumera donc seul l’investissement nécessaire, grâce à ce partage interne de plateforme et à l’utilisation d’un moteur thermique qui pourrait également être issu de la gamme existante afin de minimiser les coûts de développement et de production.

Mots clefs associés à cet article : Toyota, Segment A, Véhicule thermique, PSA, minicitadine

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter