La métropole du Grand Paris lance sa course vers les 5 000 points de charge

Publié le par

En un an, 5 000 bornes de recharge pour véhicules électriques seront installées dans les 130 communes du territoire de la métropole du Grand Paris (MGP), via Métropolis qui vient d’inaugurer des infrastructures à Issy-les-Moulineaux (92).

La métropole du Grand Paris lance sa course vers les 5 000 points de charge

Le mardi 9 février 2021, à Issy-les-Moulineaux, le maire André Santini a donné le coup d’envoi du déploiement des bornes de recharge Métropolis, en compagnie de Patrick Ollier, président de la métropole du Grand Paris (MGP). En guise de clin d’œil, pour qui connaît le fonctionnement des batteries, cette manifestation s’est tenue sous un froid vif avec une température négative.

D’ici à cet été, toutes les stations anciennement Autolib’ de la ville seront opérationnelles, avec 20 stations au total, dont la moitié sera opérée par Métropolis (10 stations pour 48 bornes). 97 emplacements dédiés aux véhicules électriques seront in fine remis en service sur la voie publique isséenne. L’écosystème isséen fait aussi appel au Sigeif (Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’électricité en Ile-de-France) et à Electric 55 Charging.

« Ces bornes de recharge s’inscrivent dans notre logique de ville du quart d’heure, où tous les déplacements quotidiens doivent pouvoir se faire rapidement, dans un cadre de vie respectueux de l’environnement », a rappelé André Santini, maire d’Issy-les-Moulineaux et vice-président de la métropole du Grand Paris.

JPEG - 1.5 Mo
Patrick Ollier et André Santini, lors de l’inauguration de Métropolis à Issy-les-Moulineaux.

Rendre la ZFE positive

Patrick Ollier a souligné l’importance de se réapproprier les quelque 3 000 bornes Autolib’ dans le programme d’intensification du déploiement des infrastructures de charge, tout en confirmant l’objectif d’aller vite et de mettre à disposition des conducteurs de véhicules électriques un maillage de 5 000 bornes a minima. Une démarche qui s’inscrit dans un cadre plus global, comprenant les ZFE, les contrats de relance et de transition écologique, ainsi qu’une réflexion menée sur la conception de micro-crédits pour que les ménages les plus modestes puissent aussi avoir accès à des véhicules propres. « Nous prévoyons de lancer une ZFE dans le courant de l’année, mais il faut que nous ayons préparé le terrain en amont, pour que ce soit perçu de manière positive et responsable, ce qui passe notamment par la mise à disposition de bornes de charge opérationnelles », souligne André Santini.

Métropolis a été retenu par la MGP pour financer et gérer le déploiement de l’installation technique et l’exploitation commerciale des infrastructures. Il s’agit d’un groupement d’entreprises qui comprend e-Totem (fabricant et opérateur de bornes made in France), SPIE CityNetworks (exploitant des bornes, notamment de la brique névralgique du paiement), et la Société pour l’investissement dans les infrastructures des territoires (créée par Cube Infrastructure Managers, spécialiste des différentes infrastructures des collectivités locales).

Des stations multi-bornes

Pour tenir les objectifs, il va falloir passer la vitesse supérieure, car le réseau est aujourd’hui présent dans 17 communes pour 130 points de charge. « Pour soutenir ce rythme exigeant, nous ne déployons que des stations dotées de 4 à 6 bornes de charge », souligne Aurélien Chiron (SIIT), tout en précisant que « les délais de mise en œuvre d’une station sont contenus, généralement inférieurs à une semaine ». C’est aussi l’intérêt de s’appuyer sur le réseau de feu Autolib’, ce qui court-circuite les demandes d’autorisations administratives et les travaux de GC. Un gain de temps précieux qui rime aussi avec une meilleure maîtrise des coûts. À ce sujet, Patrick Ollier a rappelé que les aides sont actuellement généreuses pour les communes.

Concrètement, Métropolis propose trois types de puissance : Proximité (3-7 kW), Citadine (3-22 kW) et Express (50-150 kW). « À titre indicatif, en Express, dix minutes de charge correspondent à environ 100 kilomètres d’autonomie sur des modèles récents », illustre Aurélien Chiron. Les bornes sont accessibles sans inscription ou abonnement, avec paiement par carte bancaire, ou via le site internet et l’application Métropolis (localisation de la borne, réservation, choix de la puissance et de la durée, paiement).

La facturation s’opère selon le principe du kWh réel, une spécificité de Métropolis. Selon la vitesse de charge choisie et la quantité d’énergie délivrée, la tarification oscille entre 0,36 et 0,65 centime d’euros. « Nos stations doivent être le plus souvent disponibles, donc nous ne sommes pas dans une logique de stationnement », alerte Aurélien Chiron. Ainsi, une fois la charge terminée et après une franchise de dix minutes, le stationnement du véhicule sans charge est facturé entre 1 et 3 euros du quart d’heure (selon qu’il s’agit des formules Proximité, Citadine ou Express). Des abonnements seront aussi proposés pour les utilisateurs réguliers : l’abonnement mensuel à 45 euros représente environ 6 euros pour 100 kilomètres. Il comprend 100 kWh pouvant être chargés dans toutes les stations Métropolis, une remise de 20 % sur des tarifs au-delà des 100 kWh mensuels, 2 heures de stationnement post-charge offertes par mois, la possibilité de réserver un point de charge jusqu’à trente minutes avant arrivée, et un forfait de nuit de stationnement de 20 heures à 8 heures pour 2 euros. D’autres offres d’abonnement seront prochainement dévoilées.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Zones à Faibles Emissions (ZFE), Bornes de recharge, Métropolis, Métropole du Grand Paris

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter