La Hyundai Ioniq 5 en cinq attributs fondamentaux

Publié le par

Premier modèle de la gamme Ioniq, le nouveau SUV compact 100 % électrique du constructeur coréen expose plusieurs caractéristiques innovantes ayant pour but de redéfinir la mobilité électrique au quotidien.

La Ioniq 5 devrait être disponible sur certains marchés à compter du premier semestre 2021. © Hyundai
La Ioniq 5 devrait être disponible sur certains marchés à compter du premier semestre 2021. © Hyundai

Faisant partie des nouveautés les plus attendues de 2021, la Hyundai Ioniq 5 constitue le premier véhicule de série de la marque Ioniq (Contraction de « ion » et « unique »), entièrement dédiée aux véhicules électriques à batterie (BEV). Avec cette appellation, le constructeur coréen espère en effet se placer en acteur d’une société privilégiant les déplacements durables, et ce en concentrant 10 % du marché des électriques en 2025. C’est donc dans cette optique que le nouveau SUV 100 % électrique, dévoilé le 23 février, a été pensé. « Une nouvelle expérience de mobilité pour la future génération, telle est la mission que nous nous étions fixée dès le premier jour de ce projet » confirme Sang Yup Lee, vice-président senior et responsable du centre de design mondial de Hyundai et lauréat du Grand Prix du Design au FAI 2021. La preuve en cinq éléments démontrant la particularité de ce véhicule inédit.

Pixels demain

Imaginé comme une «  nouvelle définition de l’intemporalité, permettant de […] tourner le regard vers l’horizon tout en conservant l’identité Hyundai », la Ioniq 5 se distingue tout d’abord par son design atypique rappelant la silhouette anguleuse de la Hyundai Pony et celle, plus robuste, du concept-car 45. Adoptant une allure avant-gardiste et déclinant une personnalité audacieuse, le SUV électrique déploie un large capot contribuant à minimiser les écartements entre les panneaux de carrosserie afin de garantir une meilleure aérodynamique.

Le bouclier en forme de V intègre des feux de jour LED à la signature lumineuse originale puisque semblables à des pixels. Un détail analogique qui fait écho au dessin cunéiforme de la carrosserie, dont les lignes avant et arrière se rejoignant au niveau des portes rappellent la thématique stylistique « Parametric Dynamics » (dynamique paramétrique) inaugurée par la Tucson nouvelle génération. Quant à la palette de coloris extérieurs, les clients auront le choix entre neuf teintes dont cinq nouvelles : la finition mate du Gravity Gold et du Shooting-Star, le Digital Teal-Green, le Mystic Olive-Green et le Lucid Blue. En plus de l’Atlas White, du Galactic Gray, du Cyber Gray et du Phantom Black.

3 mètres d’empattement pour voir plus grand

Bien que l’esquisse de sa carrosserie s’approche de celle d’un crossover, les dimensions de la Ioniq 5 s’avèreront un peu moins conciliables avec l’étroitesse de certaines zones de parking urbaines. Avec une longueur de 4,64 m, une largeur de 1,89 m et une hauteur de 1,61 m, le nouveau SUV électrique de Hyundai affiche un empattement de 3 m, soit l’un des plus longs de son segment et 10 cm de plus sur la toise que celui du SUV Hyundai Palisade. Grâce à cet allongement de ses proportions, garer la Ioniq 5 en ville sera sans doute plus compliqué (même avec l’aide au stationnement autonome) mais cela permet aussi d’offrir aux passagers une habitabilité digne d’un modèle du segment D.

Un intérieur spacieux et personnalisable pensé comme pour se sentir chez soi, en témoignent le toit vitré panoramique ou l’îlot universel qui peut coulisser en arrière de 14 cm. Cette console centrale mobile qui comprend des porte-gobelets, un chargeur rapide à induction pour smartphone de 15W et des ports USB, garantit donc une configuration évolutive et une plus grande liberté de mouvement à bord.

Pour gagner en confort, Hyundai a également réduit l’épaisseur de ces sièges avant de 30 % afin que les passagers arrières aient plus de place pour leurs jambes – même si ceux-ci peuvent aussi coulisser vers l’avant d’environ 14 cm. Les sièges, comme la plupart des surfaces de contact intérieures, sont d’ailleurs réalisés avec des matériaux écoresponsables, tels que des bouteilles en PET recyclé, des fils de laine naturelle ou d’origine végétale ainsi que du cuir tanné de manière écologique et de la peinture biologique à base d’extraits végétaux. Une façon de manifester l’engagement de Hyundai en faveur du développement durable, qui se concrétise aussi dans la possibilité d’équiper la Ioniq 5 d’un toit solaire. De quoi améliorer le rendement énergétique du véhicule et optimiser la réduction de ses émissions.

À noter que la dimension modulable de l’intérieur de la Ioniq 5 se retrouve aussi au niveau de la planche de bord, où s’insère un écran multimédia 100 % tactile de 12 pouces et des compteurs numériques sans casquette. Y sont notifiées les informations relatives au véhicule – telles que l’état de la batterie et l’emplacement des bornes de recharge les plus proches – ou la commande de sélection des différentes ambiances intérieures. Le dernier SUV électrique de Hyundai assure enfin un volume de coffre de 531 litres qui peut être porté à près de 1 600 litres lorsque les sièges arrières sont rabattus.

Presque 500 km d’autonomie avancés

Si la proposition en matière de performances ne compte que deux packs de batterie, l’un de 58 kWh et l’autre de 72,6 kWh, la Ioniq 5 dispose d’un éventail de systèmes de propulsion électrique diversifié en vue de correspondre aux besoins de mobilité de chaque conducteur. La version 72,6 kWh sera par exemple disponible avec deux configurations de propulsion, l’une avec un seul moteur électrique à l’arrière qui développe un couple de 350 Nm et l’autre avec deux moteurs électriques, arrière de 155 kW et avant de 70 kW, pouvant être couplé à une transmission intégrale avant et arrière. Lorsque ce groupe propulseur électrique est associé à la batterie de 72,6kWh, il promet une autonomie comprise entre 470 et 480 km. Il s’agit cependant d’une autonomie prévisionnelle puisque « des essais sont actuellement en cours pour évaluer l’autonomie officielle de la Ioniq 5 », précise Hyundai. En tout cas, quel que soit le pack choisi, le véhicule peut tracter une remorque d’une capacité maximale de 1600 kg.

Un chargeur sur roues

Basé sur la plateforme E-GMP (Electric-Global Modular Platform), nouvelle architecture de Hyundai Motor Group dédiée aux véhicules électriques, le dernier-SUV né de la marque possède une capacité de charge de 800 V ou 400 V, sans avoir à utiliser de composants ou d’adaptateurs supplémentaires. « Ce système de recharge multiple constitue la première technologie brevetée au monde à exploiter le moteur électrique et l’onduleur afin de porter la tension de 400 à 800 V et de garantir ainsi une compatibilité de recharge parfaitement stable », expose le constructeur coréen. En somme, raccordée à une borne de recharge de 350 kW, la Ioniq 5 peut être rechargé de 10 à 80 % en seulement 18 minutes ou gagner 100 km d’autonomie en 5 minutes (conformément à la procédure d’essai mondiale harmonisée WLTP).

Toutefois, la véritable innovation technique de ce SUV « branché » réside dans son système de chargeur inversé V2L (Vehicle-to-Load) permis par la plateforme E-GMP. Compatible avec les installations électriques externes, le véhicule peut ainsi être utilisé pour recharger des appareils tels que des vélos électriques, des scooters ou des équipements de camping lors de sorties en plein air. Cette fonction V2L peut en effet fournir jusqu’à 3,6 kW de puissance et peut s’employer lorsque la voiture est en conduite comme à l’arrêt.

La conduite autonome s’émancipe

Désireuse de représenter le futur innovant de Hyundai, la Ioniq 5 est le premier modèle de la marque à intégrer un affichage tête haute (HUD) agrémenté de la réalité augmentée personnalisable. Celle-ci projette les informations de navigation, des systèmes de sécurité ou encore la périphérie du véhicule directement sur le pare-brise. La Ioniq 5 embarque aussi la toute dernière version de ses services de véhicule connecté Bluelink, permettant de délivrer des instructions vocales ou de bénéficier du guidage connecté promettant d’assurer des calculs d’itinéraire rapides, une plus grande précision des prévisions de trafic et des temps d’arrivée plus fiables.

En plus d’être doté d’une flopée de systèmes d’aide à la conduite Smart Sense, la Ioniq 5 est le premier modèle Hyundai à se doter de la technologie d’assistance à la conduite sur autoroute de niveau 2. Elle hérite ainsi du freinage d’urgence autonome (FCA), de la surveillance des angles morts avec assistance active au changement de voie (BCA), du limiteur de vitesse intelligent avec reconnaissance des panneaux de limitation de vitesse (ISLA), de la détection de fatigue du conducteur (DAW) ou encore des feux de route intelligents (HBA) en faisant appel à une caméra frontale, des radars et aux données de navigation.

Enfin, grâce à la fonction de recharge à distance, les conducteurs auront le pouvoir de démarrer ou arrêter le processus de charge via une application sur leur smartphone. Une option bien pratique pour économiser l’énergie de la batterie, mais aussi pour programmer le préchauffage de l’habitacle en hiver.

Si la Ioniq 5 devrait être disponible sur certains marchés à compter du premier semestre 2021, son lancement s’accompagnera d’une série limitée en Europe accessible aux clients en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Norvège. Baptisée « Projet 45 », cette édition sera limitée à 3 000 unités et réservable en ligne. De même, après l’avènement de la Ioniq 5, Hyundai ne compte pas freiner ses ambitions et poursuivra l’extension de sa gamme de BEV avec la Ioniq 6, une berline 100% électrique, et la Ioniq 7, un autre SUV électrique au gabarit encore supérieur à celui de son prédécesseur numéro 5.

Pour appuyer sa stratégie « branchée », Hyundai est récemment devenu actionnaire du groupement Ionity, réseau de recharge à haute puissance (HPC) déployant 200 000 bornes à travers toute l’Europe. Dans le cadre de cette co-entreprise, Hyundai contribuera donc à étendre le maillage de points de recharge le long des autoroutes européennes, encourageant ainsi l’électromobilité et permettant aux conducteurs de la Ioniq 5 de bénéficier d’un abonnement gratuit d’un an à Ionity.

Mots clefs associés à cet article : Hyundai, Véhicule électrique, SUV compact, Hyundai Motor Group

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER